QUÉBEC, le 31 mai 2021 /CNW Telbec/ - Afin de répondre aux besoins de main-d'œuvre en technologies de l'information (TI) dans l'ensemble des secteurs d'activité économique, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, annonce un investissement de 18,8 millions de dollars sur deux ans pour permettre la formation, en alternance travail-études, de travailleurs et travailleuses en TI par l'entremise du Programme de formations de courte durée privilégiant les stages dans les professions priorisées par la CPMT (COUD).

Ainsi, ce sont plus de 700 travailleurs qui maintiendront leur emploi ou intégreront le marché du travail grâce à leur formation en TI. Cet investissement permettra également d'adapter, en collaboration avec le ministère de l'Éducation, le ministère de l'Enseignement supérieur et les universités, des programmes de formation mieux adaptés aux réalités du marché du travail, notamment en fonction des projets qui s'inscriront dans le cadre du programme COUD en matière de TI.

Cela se concrétisera par des programmes de courte durée, tels les attestations d'études professionnelles (AEP), les attestations d'études collégiales (AEC), les attestations de spécialisation professionnelle (ASP), les diplômes d'études professionnelles (DEP) et les formations de niveau universitaire comprenant entre 9 et 30 crédits ou entre 130 à 500 heures, telles que les diplômes d'études supérieures spécialisées (DESS) et les certificats universitaires.

Cette annonce s'ajoute à la grande offensive lancée par le ministre Boulet le 17 janvier dernier afin de stimuler les carrières en TI. Rappelons que le ministre a également annoncé, le 24 mai dernier, une somme de près de 40 millions de dollars dans le cadre du nouveau Programme pour la requalification et l'accompagnement en technologies de l'information et des communications (PRATIC), visant les personnes sans emploi. L'annonce d'aujourd'hui est en lien direct avec l'appel de collaboration que le ministre a lancé aux établissements d'enseignement et aux entreprises nécessitant des travailleurs en TI, afin d'intégrer un maximum de stagiaires sur le marché du travail et de réfléchir à de nouvelles initiatives afin d'augmenter le nombre de diplômés en TI.

Citations :

« À la suite du Forum virtuel sur la requalification de la main-d'œuvre et sur l'emploi, que j'ai tenu en octobre 2020, plusieurs consensus ont émergé parmi les participants de tous les milieux, notamment l'importance de la requalification et du rehaussement des compétences afin de soutenir le marché du travail. Le programme COUD s'avère donc un levier incontournable pour requalifier la main-d'œuvre dans le contexte économique actuel. Je souhaite aujourd'hui stimuler la création de nouveaux projets de formation en TI pour répondre à l'ensemble des besoins, notamment dans un contexte de transformation numérique des entreprises. »   

Jean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie

« C'est un plaisir pour moi, à titre de ministre de l'Éducation, de collaborer avec mes collègues au développement de programmes de formation mieux adaptés aux réalités du marché du travail. C'est avec fierté que nous acceptons ce défi afin de former un maximum de Québécois hautement qualifiés dans le secteur des TI afin de répondre aux besoins criants de main-d'œuvre dans ce secteur d'activité. Je suis convaincu qu'en jumelant nos forces, nous serons capables d'attirer bon nombre de personnes désirant s'épanouir et faire une différence dans la société. »

Jean-François Roberge, ministre de l'Éducation

« Cette annonce arrive à point, alors que nous avons lancé, le mois dernier, un appel à la collaboration entre les entreprises et nos institutions d'enseignement afin de favoriser l'augmentation du nombre de stages rémunérés pour nos étudiantes et étudiants en TI. Le programme COUD permettra justement de favoriser ce lien de collaboration en offrant des formations adaptées aux étudiantes et aux étudiants du secteur des TI dans nos établissements d'enseignement supérieur. »

Danielle McCann, ministre de l'Enseignement supérieur

« L'alternance travail-études, prévue dans le cadre du programme COUD, en TI est une solution gagnante à tous les niveaux. Elle permet non seulement au participant de développer des compétences professionnelles adaptées aux besoins de l'entreprise, mais surtout d'obtenir un diplôme ou une qualification tout en travaillant. Le domaine des TI comporte un large horizon de métiers, dont certains nécessitent une formation universitaire. En élargissant l'accès à des formations de ce niveau, le programme COUD, en TI, va permettre de combler différents besoins de main-d'œuvre spécialisée. Pour l'entreprise, c'est une opportunité d'intégrer et de retenir l'employé une fois la formation terminée et de pérenniser ainsi le développement de ses activités. »

Benoit Pineault, vice-président du Réseau de Fibre BLU et vice-président du conseil d'administration de TECHNOCompétences

Faits saillants :

  • Le programme COUD soutient principalement les secteurs qui ont besoin de main-d'œuvre, en leur permettant de former des travailleurs qui n'ont pas les compétences requises pour effectuer le travail, qu'ils soient nouvellement embauchés ou qu'ils viennent d'obtenir une promotion. Le programme permet aussi la requalification des travailleurs qui ont perdu leur emploi.
  • Depuis la création du programme COUD en 2016, près de 200 ont vu le jour, pour un total de 90,8 millions de dollars et 5 500 participants.
  • Le financement accordé dans le cadre du programme COUD est issu du Fonds de développement et de reconnaissances des compétences de la main-d'œuvre (FDRCMO).
  • Pour être admissible aux programmes d'aide financière du FDRCMO, un promoteur collectif doit correspondre à un regroupement d'organismes établis de façon permanente, soit les associations d'employeurs, les associations de travailleuses et de travailleurs légalement constituées, les comités paritaires constitués à la suite d'un décret, les comités sectoriels de main-d'œuvre, les donneurs d'ordres disposant d'un service de formation agréé, les franchiseurs exploitant une entreprise sous leur bannière, les mutuelles de formation reconnues par la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT) ainsi que les organismes autochtones œuvrant en employabilité et en développement des compétences.
  • La CPMT est un lieu de concertation national réunissant les dirigeants représentant les entreprises, la main-d'œuvre, les organismes communautaires actifs dans le domaine de l'employabilité, le milieu de l'enseignement et les ministères à vocation économique et sociale.
  • La plus récente mise à jour des diagnostics de moyen terme (2023) de l'État d'équilibre du marché du travail mentionne que certaines professions sont passées de l'équilibre à un léger déficit de main-d'œuvre. Ce phénomène est d'autant plus présent dans le secteur des TI, qui a été reconnu comme secteur prioritaire. En effet, le marché du travail a un léger déficit sur le plan des ingénieurs informaticiens, concepteurs et développeurs Web, évaluateurs de systèmes informatiques et techniciens en graphisme.
  • Le soutien des travailleurs en matière d'emploi permet l'atteinte d'objectifs présentés dans le Plan stratégique 2019-2023 du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, comme celui de favoriser l'intégration professionnelle et le maintien en emploi.

Pour en savoir plus sur les activités du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, suivez-le sur les médias sociaux :

facebook.com/TravailEmploiSolidaritésocialeQuébec
twitter.com/Gouv_MTESS
linkedin.com/company/ministere-travail-emploi-solidarite-sociale-quebec

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/May2021/31/c0151.html Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Dernière mise à jour : 31 mai 2021