QUÉBEC, le 17 févr. 2021 /CNW Telbec/ - Afin de réduire les risques d'éclosion dans les milieux de travail en isolant rapidement les personnes atteintes de la COVID-19, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, annonce que, en plus des cliniques mobiles et des cliniques de dépistage, les entreprises privées pourront obtenir une trousse de tests rapides de détection d'antigènes.  

Les entreprises qui sont aux prises avec des éclosions continueront d'obtenir le soutien de la Santé publique. En effet, rappelons qu'en cas d'éclosion majeure, elles peuvent interpeller leur santé publique régionale afin de déployer des cliniques mobiles qui permettent un dépistage massif au sein de l'entreprise. Également, une entreprise qui souhaiterait se doter de tests rapides peut faire une demande au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) pour accéder à ces tests afin de se constituer un inventaire qui lui permettra d'enclencher un protocole de dépistage dès qu'un employé présentera des symptômes. Ces deux possibilités sont donc offertes aux entreprises. 

Dans le cas où une entreprise soumet une demande au MSSS pour recevoir les tests rapides, une analyse de la demande sera faite par les directions régionales de santé publique, en fonction de critères précis, notamment la pertinence et la faisabilité du projet et la vulnérabilité du milieu de travail. L'entreprise devra également démontrer que toutes les mesures de prévention et de contrôle des infections (PCI) sont déjà en place et respectées rigoureusement. Il est important de souligner que les tests antigéniques rapides sont complémentaires aux mesures PCI, et ne les remplacent pas.  

Outillé par les données probantes disponibles et par les recommandations des experts, le Québec est en train de déployer ces tests rapides de manière encadrée et progressive. Les tests rapides ont l'avantage de fournir des résultats dans de courts délais, permettant ainsi d'isoler rapidement des personnes infectées. Leur utilisation est donc complémentaire aux tests « réguliers » de laboratoire afin d'accélérer le retrait du travail des personnes testées positives et ralentir la propagation de la maladie. Toutefois, ces tests sont moins fiables que les tests « réguliers » en laboratoire et peuvent laisser échapper des cas d'infection ou indiquer à tort qu'une personne est atteinte de la COVID-19. C'est pourquoi les travailleurs qui obtiennent un résultat négatif doivent continuer de respecter les consignes sanitaires en vigueur et ne doivent pas relâcher les mesures de prévention.  

Notons que l'offre des tests rapides pour les entreprises privées ne signifie aucunement la fin du télétravail obligatoire. Les employés qui effectuent des tâches administratives ou du travail de bureau doivent continuer ces tâches en télétravail, à l'exception de ceux dont la présence est essentielle à la poursuite des activités. C'est à ces travailleurs que sont destinés les tests antigéniques rapides.

Citation : 

« L'utilisation des tests rapides est un outil qui s'ajoute à l'arsenal de tests de dépistage de la COVID-19 au Québec. Déployés de façon judicieuse et prudente, ces tests pourront être offerts aux employés directement sur leur lieu de travail. Des outils seront mis à la disposition des entreprises afin de les accompagner adéquatement dans leur démarche. Le dépistage précoce fait partie des facteurs clés qui contribueront à notre lutte contre la pandémie de la COVID-19. »   

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux  

Faits saillants :

Les organismes communautaires du Québec peuvent aussi soumettre une demande pour avoir accès aux tests antigéniques rapides.

Les entreprises ou organismes intéressés à soumettre un projet d'utilisation des tests rapides sont invités à visiter le site Québec.ca/testsrapides. Cette page Web contient également de l'information générale sur les tests rapides disponibles au Québec.

En plus d'être déployés dans les entreprises, les tests rapides sont aussi utilisés présentement dans le cadre de projets de démonstration dans les écoles. Les projets ont débuté le 25 janvier dernier dans deux écoles secondaires de Montréal. Ces établissements ont notamment été retenus car ils sont situés dans des milieux où la transmission communautaire est importante et puisqu'il y avait présence d'éclosion préliminaire. À la lumière des résultats, le MSSS collaborera avec le ministère de l'Éducation pour convenir de la suite. 

Aussi, les travailleurs de la santé, incluant les vaccinateurs, seront bientôt dépistés avec des tests antigéniques rapides. Les détails concernant leur déploiement seront dévoilés prochainement.  

Lien connexe :
Pour en savoir plus : Québec.ca/testsrapides

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/February2021/17/c8819.html Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Dernière mise à jour : 9 mars 2021