QUÉBEC, le 12 nov. 2021 /CNW Telbec/ - Le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'économie, de PME, d'emploi, de travail et de recherche et innovation, M. Monsef Derraji, salue l'initiative des six organisations1 économiques qui ont interpellé, aujourd'hui, le gouvernement de François Legault pour qu'il mette en place des solutions concrètes et rapides afin de diminuer les effets néfastes de la pénurie de main-d'œuvre.

À la veille d'une mise à jour économique du gouvernement, ces organisations qui déplorent les pertes économiques importantes associées à la pénurie de main-d'œuvre, proposent cinq éléments pouvant contribuer à lutter contre cet obstacle à la croissance. Le député de Nelligan endosse cette démarche constructive et souhaite que le gouvernement caquiste donne suite à leurs propositions.

De son côté, l'opposition officielle, soucieuse de soutenir les travailleuses et les travailleurs québécois le plus rapidement possible, avait déjà, en octobre dernier, proposé des pistes de solutions auxquelles le gouvernement a, une fois de plus, fait la sourde oreille :

  • Offrir un congé total de cotisations au Régime de rentes du Québec pour les 62 ans et plus qui reviennent au travail, ce qui peut représenter jusqu'à 3 300$ par année dans les poches des travailleurs ;
  • Bonifier le seuil d'admissibilité au crédit d'impôt pour travailleurs expérimentés à 45 000$ ;
  • Conclure des ententes avec l'ensemble des régions pour qu'elles puissent déterminer leurs besoins en termes de recrutement ;
  • Accélérer le traitement des dossiers de travailleurs qualifiés dans ARRIMA ;
  • Revenir à des seuils d'immigration similaires à ce qui était prévu en 2018 compte tenu de la pénurie de main-d'œuvre actuelle ;
  • Régulariser le statut des immigrants à statut précaire.

« Comme le répète François Legault, pour trouver des solutions à un problème, il faut d'abord le reconnaître. Malheureusement, ce gouvernement, depuis son élection, nie l'existence de la pénurie de main d'œuvre au Québec. Il reste donc les bras croisés et ses programmes ne fonctionnent pas alors que des acteurs économiques importants lui proposent, aujourd'hui, des solutions concrètes. »

-Monsef Derraji, porte-parole de l'opposition officielle en matière d'économie, de PME, d'emploi, de travail et de recherche et innovation

1. Conseil du patronat du Québec, Conseil québécois du commerce de détail, Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, Fédération des chambres de commerces du Québec, Manufacturiers et exportateurs du Québec, Union des municipalités du Québec.

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/November2021/12/c6496.html

Dernière mise à jour : 12 novembre 2021