QUÉBEC, le 17 févr. 2022 /CNW Telbec/ - Le gouvernement du Québec annonce son intention de mettre en réserve l'Archipel-des-Sept-Îles, un territoire d'intérêt de la Côte-Nord, pour y constituer une aire protégée. En conséquence, toute nouvelle activité industrielle d'exploitation des ressources naturelles se verra interdite sur ce territoire de près de 20 km2.

Le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable de la région de la Côte-Nord et de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, M. Jonatan Julien, s'est réjoui de faire cette annonce, ce jeudi, conjointement avec le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval, M. Benoit Charette, ainsi qu'avec le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région de l'Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec, M. Pierre Dufour.

Soulignons que les trois ministres ont aussi dévoilé leur intention de protéger neuf autres nouveaux territoires d'intérêt des Laurentides, de Lanaudière et de l'Outaouais totalisant plus de 300 km2.

L'archipel des Sept Îles est situé à l'embouchure de la baie des Sept Îles. Il est constitué des îles de La Grande Basque, de La Petite Basque, de La Petite Boule, de La Grosse Boule, Manowin, du Corossol, des Îlets De Quen ainsi que de 28 petites îles. L'archipel des Sept Îles présente un continuum d'écosystèmes insulaires et marins. Tant les écosystèmes marins que les écosystèmes terrestres et côtiers de ce territoire sont représentatifs de l'ensemble physiographique de la Plate-forme de Sept-Îles-Mingan et recèlent une impressionnante biodiversité. En effet, ses eaux sont utilisées par de nombreuses espèces de mammifères marins, et ses îles sont des sites importants de nidification pour les oiseaux marins. Par exemple, l'île du Corossol figure parmi les quatre sites les plus riches quant à l'abondance et à la diversité des oiseaux marins qui s'y reproduisent au niveau du Saint-Laurent au Québec.

Cette démarche assurera la protection de milieux naturels, au grand bonheur des adeptes de plein air et de récréotourisme présents sur ces territoires.

Le choix du territoire a été fait en tenant compte des travaux de concertation régionale et autochtone réalisés par le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Citations : 
 
« Nous avons toujours affirmé que l'atteinte de la cible de 17 % ne constituait pas la fin de nos efforts de protection du territoire. Après avoir annoncé deux nouvelles aires protégées en juin dernier, voilà que nous venons bonifier notre réseau d'aires protégées de dix nouveaux territoires. Je suis particulièrement fier du fait que ces ajouts seront faits dans le sud du Québec, où les besoins sont les plus importants. Nous travaillons à bien positionner le Québec à l'égard des futures cibles internationales d'aires protégées qui seront définies plus tard cette année. Les milieux naturels nous rendent de nombreux services et il est important de les protéger autant pour les Québécoises et Québécois d'aujourd'hui que pour ceux de demain, en particulier en contexte de changements climatiques. » 

Benoit Charette, ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval  

« La Côte-Nord est riche en milieux naturels, et il est important de protéger ceux qui sont les plus représentatifs de sa grande biodiversité. L'archipel des Sept Îles figure très certainement sur la liste des trésors nord-côtiers. Je suis fier que notre gouvernement s'inscrive, aux côtés de ses partenaires autochtones et régionaux, comme celui qui aura pris l'initiative d'en faire une aire protégée en bonne et due forme. Je remercie et félicite celles et ceux qui ont mis l'épaule à la roue pour mener à bien ce projet très légitime. »

Jonatan Julien, ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable de la région de la Côte-Nord et de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Faits saillants :

  • Rappelons qu'en 2020, le Québec a été le premier au Canada à atteindre la cible de protection de 17 % de son territoire. Cet objectif a été atteint notamment par la désignation de 34 réserves de territoire aux fins d'aire protégée, y compris une partie des Chic-Chocs, et par l'intention de protéger l'île d'Anticosti.
  • La délimitation et la superficie totale des territoires sont encore approximatives et pourraient être modifiées.
  • Le pouvoir de mise en réserve de territoires a été introduit le 19 mars 2021 dans la LCPN. Il permet au gouvernement d'assurer la protection de territoires par leur soustraction à certaines activités industrielles de recherche, d'exploitation et de transport des ressources naturelles, et ce, jusqu'à l'octroi d'un statut de protection.

Lien connexe :

Pour en savoir davantage sur les aires protégées au Québec : www.environnement.gouv.qc.ca/biodiversite/aires_protegees Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

 

Sources :

 

Rosalie Tremblay-Cloutier  

Attachée de presse

Cabinet du ministre de l'Environnement  
et de la Lutte contre les changements
climatiques, ministre responsable
de la Lutte contre le racisme
et ministre responsable de la région de Laval
Tél. : 438 777-3777

 

Marie-Ève Thérien
Directrice des communications et
responsable des travaux parlementaires
Cabinet du ministre de l'Énergie et des

Ressources naturelles et ministre responsable

de la région de la Côte-Nord et de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine
Tél. : 418 643-7295

Information :

 

Relations avec les médias

Ministère de l'Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques

Tél. : 418 521-3991

        

 

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/February2022/17/c9058.html

Dernière mise à jour : 17 février 2022