QUÉBEC, le 6 avril 2021 /CNW Telbec/ - Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, annonce aujourd'hui l'attribution d'une somme de 742 648 $ au Réseau canadien des entreprises d'entraînement pour la mise sur pied d'un projet pilote visant à rehausser les compétences en littératie et en numératie de 1 000 travailleurs.

Ainsi, les travailleurs bénéficieront d'une formation de 40 heures qui sera adaptée spécifiquement à leurs besoins, leur permettant ainsi de rehausser leurs compétences en lecture et compréhension de textes, rédaction, utilisation de documents, communication à l'oral, en calcul de même que dans l'utilisation d'informations liées aux différentes fonctions de travail ainsi que dans la résolution de problèmes dans un environnement technologique.

Au total, six entreprises d'entraînement réparties dans les Laurentides, la Capitale-Nationale, l'Outaouais, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Mauricie et Laval prendront part au projet, réalisé en collaboration avec le Centre de recherche et d'expertise en multilittératie des adultes.

Cette aide est accordée dans le cadre d'un projet pilote financé par le biais de la Mesure Recherche et innovation pour les participants de certaines entreprises d'entraînement. 

Citations :

« Ce projet novateur représente une première au Québec. Le rehaussement des compétences en matière de littératie et de numératie est le socle sur lequel repose l'ensemble des apprentissages. Grâce à cette initiative, ces participants, qui recevront un accompagnement personnalisé de la part d'entreprises d'entraînement, vont pouvoir améliorer leur employabilité en répondant aux exigences du marché du travail et ainsi aspirer à occuper des emplois motivants et favorisant leur participation dans notre société. Alors que la rareté de la main-d'œuvre s'ajoute déjà au défi de la relance économique, ce projet réitère l'importance de miser sur l'ensemble de nos talents pour faire du Québec un endroit prospère et inclusif. »

Jean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie

« Nous sommes heureux de contribuer au développement des compétences de la main-d'œuvre. Les activités du Réseau canadien des entreprises d'entraînement sont particulièrement adaptées à l'intégration du rehaussement des compétences essentielles. Le projet nous permettra de nous assurer que notre main-d'œuvre aura la capacité d'exécuter différentes tâches, de s'adapter aux changements et de se donner des points de référence pour acquérir d'autres compétences dans un continuum de maintien de ces compétences tout au long de la vie. Cela permettra de fournir de la main-d'œuvre entraînée à la tâche, avec les bonnes compétences techniques, comportementales et essentielles en littératie et en numératie, à la hauteur des niveaux de complexité des fonctions de travail attendus des employeurs, afin de favoriser leur intégration et la pérennité en emploi. »

Yan Leclerc, président du Réseau canadien des entreprises d'entraînement

« La littératie, appelée maintenant la multilittératie, puisqu'elle se réfère à une définition polysémique de la littératie, c'est-à-dire qu'elle est appliquée dans la vie courante, en apprentissage, en emploi et dans de multiples facettes des compétences essentielles, est à ce jour devenue un concept internationalement reconnu par la recherche. Les études ont permis de mieux cerner le phénomène de la diminution de ces compétences chez les individus et les travailleurs de même que ses impacts sur les personnes et l'économie. Les recherches ont également mis en lumière différents moyens relativement simples et économiques d'actualiser et de rehausser ces compétences. C'est ce que le projet vous propose afin de résoudre cet enjeu majeur de notre main-d'œuvre. Conséquemment, aucune société moderne ne saurait aujourd'hui faire l'économie de ces mesures de rehaussement des compétences essentielles au regard des bénéfices engendrés. En fait, tout le monde y gagne, à rehausser les compétences essentielles de la main-d'œuvre. »

Michel Simard, expert consultant, Centre de recherche et d'expertise en multilittératie des adultes

Faits saillants :

  • L'entreprise d'entraînement est une entreprise utilisée comme centre de formation de la main-d'œuvre qui favorise, de manière novatrice, efficace et complète, le développement de compétences, le retour rapide en emploi et le maintien durable sur le marché du travail. Le Réseau canadien des entreprises d'entraînement regroupe 18 entreprises d'entraînement en employabilité au Québec.
  • Les formations proposées dans les entreprises d'entraînement seront programmées à raison de 2 à 3 périodes d'une durée pouvant varier entre 2 et 4 heures par semaine (pour une moyenne de 8 heures de formation réparties sur 5 semaines), pour un total de 40 heures.

Pour en savoir plus sur les activités du Ministère, suivez-le sur les médias sociaux :

facebook.com/TravailEmploiSolidaritésocialeQuébec

twitter.com/Gouv_MTESS

linkedin.com/company/ministere-travail-emploi-solidarite-sociale-quebec

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/April2021/06/c4791.html Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Dernière mise à jour : 6 avril 2021