Anguillicola (syn. Anguillicoloides) crassus

Description

Anguillicola crassus est un ver rond qui touche les anguilles de l’Atlantique, soit l’anguille européenne et l’anguille d’Amérique.

Animaux sauvages à risques

Le ver Anguillicola crassus a besoin de transiter dans plusieurs organismes appelés hôtes pour se développer et compléter son cycle de vie.

Petits crustacés et poissons

Au stade de larve, le parasite se trouve généralement chez les petits crustacés planctoniques (copépodes). Le parasite peut aussi être détecté chez des poissons comme :

Anguille

Le parasite adulte vit et se reproduit dans la vessie natatoire (organe interne qui permet aux poissons de flotter et de nager) des anguilles. Les anguilles peuvent être infectées par l’Anguillicola crassus dès leur jeune stade de vie.

Le ver Anguillicola crassus a d’abord été observé en Asie, chez l'anguille japonaise. En général, le parasite n’a pas d’effets négatifs chez cette espèce. Il est toutefois connu pour ses effets néfastes chez les anguilles de l’Atlantique.

Signe de la présence du parasite

Chez l’anguille, le parasite ne provoque généralement pas de signes externes. Il est impossible de déterminer si un poisson est infesté en l’observant.

Anguillicola crassus est connue pour endommager la vessie natatoire des anguilles en causant de l’inflammation, des lésions, des hémorragies, une fibrose et un épaississement de sa paroi.

Pour diagnostiquer le ver Anguillicola crassus chez une anguille, il faut examiner la vessie natatoire de celle-ci. Par conséquent, cela ne peut être fait que sur une anguille morte. Une méthode ayant pour but de détecter le ver Anguillicola crassus dans un plan d’eau à partir de l’examen des hôtes intermédiaires est en cours d’élaboration. 

Cycle de vie et persistance dans l’environnement

Le parasite Anguillicola crassus se développe chez un hôte intermédiaire (petits crustacés) avant de compléter son cycle de vie chez son hôte définitif (anguille). Il peut aussi passer de l’hôte intermédiaire à un poisson; celui-ci est facultatif dans le cycle de vie du parasite.

Au stade adulte, le parasite s’installe dans la vessie natatoire de l’anguille lors de l’ingestion d’un hôte infecté. Les vers adultes, femelles et mâles, y vivent et s’y reproduisent. Les œufs et les larves produits sont ensuite expulsés dans l'eau. Les larves se déposent sur le substrat et peuvent être ingérées par un hôte intermédiaire ou un poisson. Les larves atteignent la paroi de la vessie natatoire de l’anguille lorsque celle-ci consomme une proie infectée. Les vers muent et deviennent sexuellement matures.

Bien qu’il comporte plusieurs stades, le cycle de vie d’Anguillicola crassus est court et il se complète en deux à quatre mois.

Le parasite affiche une grande tolérance aux conditions environnementales et physico-chimiques de l’eau, comme la salinité et la température. Il peut vivre dans des eaux variant de 4 à 20 °C et se développer rapidement à mesure que les températures augmentent.

Protection et prévention

Risque pour la santé des animaux sauvages

Le parasite Anguillicola crassus peut compromettre la capacité de nage des anguilles et réduire leur capacité à migrer vers leur aire de reproduction. L'anguille devient aussi plus vulnérable aux maladies. Son taux de croissance ralentit, et si l'infestation est suffisamment grave, elle peut mourir. L’effet du parasite sur la capacité des anguilles d’Amérique du bassin versant du Saint-Laurent à atteindre leur aire de reproduction et sur leur survie reste à préciser. Il s’agit toutefois d’une menace supplémentaire pour cette espèce migratrice exposée à d’autres menaces, comme la fragmentation de l’habitat, la mortalité par le turbinage, la pêche commerciale, la bioaccumulation de substances toxiques et les changements climatiques. Le ver Anguillicola crassus est souvent pointé comme un des facteurs qui a contribué au déclin de l’anguille.

Risque pour la santé humaine

Anguillicola crassus n’est pas connu pour être transmissible à l’humain, puisqu’il est spécifique aux anguilles. Toutefois, pour des raisons esthétiques, le retrait des vessies natatoires peut être recommandé avant le traitement et la vente des anguilles pêchées.

Surveillance et contrôle

Anguillicola crassus se trouve chez les anguilles d'Amérique vivant dans les eaux côtières et intérieures de l'est des États-Unis, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et du bassin versant du fleuve Saint-Laurent. Au Québec, il a été détecté pour la première fois en 2015. La déclaration des poissons suspects n’est pas obligatoire.

Aucun traitement ni méthode de contrôle entièrement efficace n’a été trouvé contre ce parasite. En élevage, un traitement médical qui consiste à baigner le poisson dans une solution contenant un nématicide, ou à lui administrer dans l’alimentation, a été testé, avec plus ou moins de succès.

Dernière mise à jour : 24 novembre 2022

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec