La Stratégie nationale d’achat d’aliments québécois : pour une alimentation locale dans les institutions publiques (PDF 1.77 Mo) vise à augmenter la part des aliments de chez nous achetés par nos institutions publiques québécoises.

Cible d'achat d'aliments québécois

La Stratégie a pour objectif de doter, d’ici 2025, l’ensemble des institutions publiques du Québec d’une cible d’achat d’aliments québécois. De plus, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation s’est fixé pour but d’inciter 85 % des établissements des réseaux de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la santé et des services sociaux à se fixer une cible d’achat de produits alimentaires québécois d’ici 2023.

Deux options sont possibles pour se fixer une cible :

1. Un nombre minimum de plats composés à partir d’aliments québécois

  • ​Un plat composé de 50 % ou plus d’aliments de provenance québécoise.
  • Le minimum pour se doter d’une cible est d’avoir au moins cinq plats composés à partir d’aliments québécois par menu cyclique sur une base annuelle.
  • Les plats doivent se conformer à l’une des catégories suivantes : entrée, plat principal, dessert, accompagnement ou collation. 

2. Une proportion d’aliments québécois dans les achats

  • ​La cible est axée sur la part en pourcentage des approvisionnements québécois sur les approvisionnements totaux annuels.
  • Les boissons (jus, alcools, cafés, boissons gazeuses, etc.) sont comptabilisées.

Qu’entend-on par aliment québécois?

Un aliment québécois est un aliment ayant été cultivé, élevé ou pêché au Québec ou un aliment ayant subi une transformation de sa nature au Québec par une entreprise étant elle-même considérée comme québécoise, c’est-à-dire exerçant ses activités dans un établissement situé sur le territoire québécois.

Rapprocher les institutions publiques et les entreprises bioalimentaires

La Stratégie comporte des orientations qui comprennent chacune des objectifs et des actions. Celles-ci mettent l’accent sur les différents vecteurs de rapprochement entre les institutions publiques et les entreprises bioalimentaires québécoises.

Elles se déclinent en quatre volets :

  1. Concertation et engagement des institutions publiques.
  2. Soutien et accompagnement des institutions publiques.
  3. Rapprochement de l’offre et de la demande.
  4. Adaptation de l’offre bioalimentaire québécoise au marché institutionnel.

Les actions représentent aussi une occasion d’intégrer dans les achats publics plusieurs considérations comme le développement durable, l’éducation alimentaire, la santé et la proximité avec les entrepreneurs bioalimentaires d’ici.

Principaux leviers pour favoriser les aliments québécois

Plusieurs leviers sont prévus pour favoriser l’achat d’aliments produits ou transformés au Québec par les institutions, dont  :

  • Service d’accompagnement des institutions publiques Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre., en collaboration avec l’Institut de tourisme et d’hôtellerie de Québec (ITHQ).
  • Programme de développement des marchés bioalimentaires Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. (aide financière) pour accroître la commercialisation des aliments québécois dans les institutions.
  • Répertoire des aliments québécois Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. pour permettre aux responsables de l’approvisionnement, aux chefs cuisiniers et aux nutritionnistes des institutions d’identifier et de mieux connaître les produits alimentaires québécois.
  • Programme de reconnaissance Aliments du Québec au menu Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. pour faire rayonner les efforts des établissements qui mettent en valeur les produits de chez nous dans les services alimentaires.
  • Aide financière à l’organisme M361 Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. pour soutenir les établissements scolaires primaires et secondaires dans la réalisation de projets qui favorisent l’achat d’aliments québécois.
  • Comité regroupant les principaux ministères concernés et ayant pour mandat d’assurer l’engagement des parties et la cohésion des actions pour l’achat d’aliments québécois.

Les interventions ciblées sont réalisées de concert avec les partenaires bioalimentaires, régionaux et gouvernementaux.

L’achat institutionnel favorise également l’atteinte d’une cible de la Politique bioalimentaire qui est d’ajouter, d’ici 2025, 10 milliards $ de contenu québécois dans les produits achetés au Québec.