Logo du gouvernement du Québec. Logo du gouvernement du Québec.

On trouve, en Gaspésie, trois communautés micmaques : Listuguj, Gesgapegiag et Gaspé. La langue micmaque est enseignée à l’école et elle est encore parlée dans les communautés de Listuguj et de Gesgapegiag. La plupart des Micmacs de Gaspé parlent français, mais plusieurs ont l’anglais comme langue seconde.

L’une des particularités de la culture micmaque réside dans son adaptation aux activités liées à la pêche hauturière. Les Micmacs auraient notamment acquis l’art de construire des embarcations destinées à ce type de pêche. À la fin du XVIIIe siècle, à la suite de changements socioéconomiques profonds qui ont marqué la société gaspésienne, nombre de Micmacs sont devenus bûcherons, ouvriers et travailleurs de la construction, mais la pêche fait toujours partie de leur vie sociale et économique.

En 2001, les trois communautés se sont unies pour former un organisme politique et administratif, soit le Secrétariat Mi’gmawei Mawiomi, afin de se donner des services communs, d’établir des liens avec des partenaires allochtones, notamment dans les secteurs de la pêche et de la foresterie, et de préparer la négociation en matière de revendication territoriale globale. Les Micmaques et Micmacs ont aussi mis sur pied différents services pour améliorer les conditions de vie de leurs différentes communautés. La nation compte environ 5 000 membres.

Dernière mise à jour : 31 mars 2021