Le prix Jules-Fournier est attribué par le ministère de la Langue française à un professionnel des médias de la presse écrite québécoise en reconnaissance de la qualité de la langue de ses textes. Les journalistes, les chroniqueurs et les blogueurs sont admis. Le lauréat reçoit une bourse de 2 000 $ et un parchemin calligraphié, signé par le ministre de la Langue française. 

Jules Fournier (1884-1918) était reconnu pour la vigueur, la clarté et la précision de son style. Il a travaillé successivement aux journaux La Presse, Le CanadaLe Devoir et La Patrie avant de succéder à Olivar Asselin à la direction du journal Le Nationaliste et de fonder par la suite son propre journal, L'Action.

Pour connaître les récipiendaires des prix des éditions antérieures, veuillez vous adresser au ministère de la Langue française à l’adresse : informations@mlf.gouv.qc.ca.

Lauréate de l'année 2022 : Chantal Guy

Le Conseil supérieur de la langue française a décerné le prix Jules-Fournier 2022 à Chantal Guy. Le nom de la lauréate a été rendu public le 28 avril 2022.

La lauréate du prix Jules-Fournier a retenu l’attention du jury par sa maîtrise de la langue française, par l'efficacité de son écriture ainsi que par la richesse de son style. De plus, la diversité de son vocabulaire de même que la précision de son langage permettent de commenter des problèmes sociaux avec justesse et de traiter des sujets d'intérêt avec pertinence. Aussi, elle possède un sens du récit qui autorise à raconter des parcours, à créer des moments, à susciter des émotions et à capter l'attention du lecteur. Enfin, elle sait, par ses textes, allier la qualité de la démonstration au rythme de la narration et à l'originalité du point de vue.

Titulaire d'un baccalauréat en études littéraires de l'Université du Québec à Montréal, Chantal Guy est journaliste culturelle depuis 1999, et la littérature a toujours fait partie de son parcours. Stagiaire en 2001 à La Presse, elle obtient les postes de journaliste aux arts et de directrice du cahier Lectures en 2006, puis de correspondante à Paris en 2015. En parallèle de son emploi à La Presse, elle a collaboré aux émissions Plus on est de fous, plus on lit à ICI Première et Retour vers la culture à ICI ARTV, en plus d’écrire pour diverses publications et ouvrages collectifs (Bonjour voisine, Je veux une maison faite de sorties de secours). Depuis 2019, elle est chroniqueuse pour le cahier Arts et être dans lequel elle écrit autant sur la culture que sur les sujets de société. En 2011, elle a remporté le prix Judith-Jasmin dans la catégorie « Portrait et entrevue ».

Lauréate de l'année 2021 : Marie-Andrée Chouinard

Le Conseil supérieur de la langue française a décerné le prix Jules-Fournier 2021 à Marie-Andrée Chouinard.  Le nom de la lauréate a été rendu public le 12 mai 2021.

La lauréate du prix Jules-Fournier a retenu l'attention du jury par sa grande maîtrise de la langue française, par l'efficacité de son écriture ainsi que par l'élégance de son style. De plus, la richesse et la diversité de son vocabulaire de même que la rigueur et la logique de son argumentaire permettent de traiter d'enjeux politiques et sociaux avec justesse, tout en assurant la perspective éditoriale de l'écrit. Aussi, sa capacité à vulgariser facilite au lecteur l'accès à un large éventail de thèmes et de situations complexes, et lui permet aussi d'enrichir sa réflexion. Enfin, elle sait allier la qualité de la démonstration à la précision du point de vue et au rythme de la narration, tous démontrant sa maîtrise des sujets traités.

Marie-Andrée Chouinard est une journaliste qui a placé son amour des mots au service de sa curiosité. Entrée au quotidien Le Devoir en 1996 après des études en lettres au Petit Séminaire de Québec et un baccalauréat en journalisme à l'Université du Québec à Montréal, on l'a connue pour sa couverture chevronnée de l'éducation pendant plus d'une décennie, un secteur qu'elle affectionne toujours. Tour à tour reporter, éditorialiste, chef de division et directrice de l'information, elle y est rédactrice en chef depuis 2018, une fonction qui la place au centre des stratégies de développement de la rédaction. Elle a été lauréate du prix Judith-Jasmin dans la catégorie « Meilleur texte d’opinion » en 2012 et du prix Claude-Ryan du Concours canadien de journalisme pour sa production éditoriale en 2020.

Lauréat de l'année 2020 : Jean-Benoît Nadeau

Le Conseil supérieur de la langue française a décerné le prix Jules-Fournier 2020 à Jean-Benoît Nadeau. Le nom du lauréat a été rendu public le 7 mai 2020.

Le lauréat du prix Jules-Fournier a retenu l'attention du jury par sa maîtrise de la langue française, par un usage novateur des ressources linguistiques ainsi que par la clarté de son style. De plus, son écriture rythmée est soutenue par une rhétorique rigoureuse possédant sa facture propre. Aussi, il a la capacité de vulgariser les sujets traités de même que de capter et de retenir l'attention du lecteur, sachant partager avec lui passion et engagement. Enfin, il sait allier la précision de la démonstration à la logique de l'argumentaire et à la qualité de la narration.

Natif de Sherbrooke et diplômé de l'Université McGill, Jean-Benoît Nadeau est journaliste indépendant. Collaborateur au magazine L'actualité depuis 1988, il a signé de nombreux reportages sur une grande variété de sujets, de la spéléologie à la calvitie en passant par le financement des PME et la culture des framboises. À l'heure actuelle, ses thèmes de prédilection sont la francophonie, la langue française, l'énergie et l’environnement. Depuis mai 2019, il tient une chronique sur la langue française sur le site Web du magazine. Comme auteur, il a publié plusieurs livres sur la langue française (Le français, quelle histoire!), les Français (Ainsi parlent les Français) et l’énergie (Branchée! Hydro-Québec et le futur de l’électricité).

Dernière mise à jour : 22 juillet 2022