QUÉBEC, le 19 août 2021 /CNW Telbec/ - Le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, M. André Lamontagne, annonce l'octroi d'une aide financière de 750 000 $ sur deux ans à l'Association québécoise de la distribution de fruits et légumes (AQDFL) pour sa campagne de promotion des produits maraîchers d'ici. Cette initiative est réalisée par l'AQDFL dans le cadre de la déclaration de l'Organisation des Nations unies désignant 2021 comme l'Année internationale des fruits et des légumes. L'aide financière est accordée dans le cadre du Programme de développement des marchés bioalimentaires, qui appuie la réalisation d'initiatives collectives de développement de marché dans le milieu institutionnel québécois ainsi que dans les marchés québécois et d'exportation.

Concrètement, l'aide financière accordée permettra à l'AQDFL de mettre en œuvre un projet de mise en valeur des fruits et légumes d'ici.

  • Volet 1 : Campagne de promotion des fruits et des légumes du Québec auprès des Québécoises et des Québécois

L'AQDFL souhaite profiter de l'Année internationale des fruits et des légumes pour promouvoir auprès des consommateurs d'ici la grande diversité et le goût incomparable des fruits et légumes cultivés au Québec. Le rapprochement des producteurs et des consommateurs sera encouragé par la découverte des métiers maraîchers. Rappelons que l'AQDFL est à l'origine de la populaire campagne « J'aime les fruits et légumes ». Plusieurs acteurs du milieu bioalimentaire collaboreront avec l'Association.

  • Volet 2 : Tournées de sensibilisation auprès des détaillants de fruits et légumes du Québec

Depuis 2019, l'Association des producteurs maraîchers du Québec et l'AQDFL organisent des tournées de visites chez les détaillants pour mettre en valeur les fruits et légumes du Québec. Cette démarche s'appuie sur la planification stratégique du secteur qui vise à améliorer les connaissances sur les tendances de consommation et les besoins du marché, notamment sur le plan des tendances sociétales, des formats, des modes de production, du conditionnement, des nouveaux légumes et des marques.

Les prochaines tournées annuelles permettront de mesurer l'évolution des tendances de vente et de promotion des fruits et légumes du Québec et, notamment, les effets de la pandémie et des efforts de promotion de l'achat local sur les habitudes de consommation.

Ce financement est en adéquation avec les objectifs gouvernementaux en matière d'accroissement de l'autonomie alimentaire du Québec, un enjeu central de la relance de notre économie. En effet, en favorisant la demande pour des fruits et légumes cultivés ici, le gouvernement encourage le développement d'entreprises bioalimentaires prospères, durables et ancrées dans leur territoire, pierre d'assise d'une chaîne d'approvisionnement alimentaire forte et solide, même en cas de crise. De plus, le projet de l'AQDFL contribue à l'atteinte des objectifs de la Politique bioalimentaire 2018-2025 -- Alimenter notre monde, qui vise, entre autres, à ajouter 10 milliards de dollars de contenu québécois aux produits bioalimentaires achetés au Québec d'ici 2025.

Citations

« Depuis mars 2020, l'engouement pour les produits bioalimentaires québécois est palpable. Les entreprises doivent profiter de chaque occasion pour mettre en lumière la grande variété et la qualité de leurs aliments, et c'est exactement ce que font l'AQDFL et ses partenaires avec leur projet. Profiter de l'Année internationale des fruits et des légumes pour encourager les Québécois et les Québécoises à manger des produits d'ici, c'est une stratégie logique et gagnante. C'est même en parfaite adéquation avec notre Stratégie nationale d'achat d'aliments québécois ayant pour but d'accroître notre autonomie alimentaire. C'est aussi une façon d'aider les consommateurs à relever le Défi 12 $ que je leur ai lancé en leur démontrant qu'on peut très bien obtenir tous les bienfaits des fruits et des légumes en mangeant québécois. Je félicite l'AQDFL pour cette initiative et j'encourage les consommateurs à mettre sur leur table les fruits et les légumes d'ici. »

M. André Lamontagne, ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches et ministre responsable de la région du Centre-du-Québec

« Les membres de l'Association québécoise de la distribution de fruits et légumes se joignent à moi pour remercier le gouvernement du Québec de cet appui financier qui reconnaît l'influence positive du mouvement "J'aime les fruits et légumes" sur les habitudes de vie des Québécois. Cette aide nous permet de réaliser nos ambitions de promotion alors que notre organisation entend déployer un vaste programme d'actions pour la prochaine année, tout particulièrement dans le contexte de l'Année internationale des fruits et des légumes, et inciter la population à remplir, à chaque repas, la moitié de son assiette de savoureux fruits et légumes du Québec. »

Mme Sophie Perreault, présidente-directrice générale de l'Association québécoise de la distribution de fruits et légumes

Faits saillants

  • Le secteur de la production de fruits et de légumes est en croissance au Québec.
  • De 2012 à 2019, les recettes monétaires agricoles générées par le marché dans le secteur maraîcher (pommes de terre, légumes de champ et de serre) sont passées de 559 à 814 millions de dollars, ce qui représente une hausse de 46 % en 7 ans.
  • Dans la foulée, la production totale de légumes de champ, de légumes de serre et de pommes de terre a augmenté de 14 %, passant de 1 151 à 1 314 milliers de tonnes métriques durant la même période.
  • Dans le secteur de l'horticulture fruitière, la valeur à la ferme des fruits de verger et des petits fruits a elle aussi connu une croissance de près de 25 %, pour s'établir à 284 millions de dollars en 2019.
  • Les pommes, les bleuets, les fraises et les raisins sont les composantes les plus importantes du « total des fruits frais » des recettes monétaires agricoles tirées du marché.
  • Selon la mesure de la quantité produite par rapport à la quantité consommée en 2019, la production québécoise pouvait combler la consommation locale de nombreux légumes. C'était le cas notamment pour les carottes et les laitues, qui figurent parmi les légumes les plus vendus en épicerie au Québec, et pour des légumes tels que les radis, les betteraves, les choux, les poireaux et les pois verts de transformation qui ont un ratio dépassant les 100 %.
  • En ce qui concerne la tomate, la production est estimée à environ 12 % de la consommation si l'on inclut la consommation de tomates fraîches (de champ et de serre) et de transformation.

Lien connexe

Pour avoir plus d'information : www.mapaq.gouv.qc.ca.

https://www.facebook.com/mapaquebec/
https://twitter.com/mapaquebec
https://www.instagram.com/mapaquebec/
https://www.linkedin.com/company/ministere-d-a-d-p-e-d-l
https://www.youtube.com/user/mapaquebec

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/August2021/19/c0494.html Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

Dernière mise à jour : 19 août 2021