MONTRÉAL, le 26 janv. 2022 /CNW Telbec/ - Le plan d'action interministériel en santé mentale (PAISM) présenté par le ministre Carmant n'offre aucune solution concrète pour réduire les temps d'attente pour les 20 000 personnes qui attendent pour des soins en santé mentale ni pour faire face au manque de personnel en santé mentale dans le réseau de la santé et dans les organismes communautaires, dénonce le porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé mentale, M. David Birnbaum.

Alors que le Parti libéral propose la mise en place d'un programme de psychothérapie public, M. Birnbaum déplore que la CAQ n'envisage aucune mesure en ce sens. Pour ce dernier, il s'agit pourtant d'une piste de solution efficace afin de réduire rapidement les délais d'attente qui sont maintenant de deux ans.

Par ailleurs, le député de D'Arcy-McGee trouve inconcevable que le ministre caquiste abdique et considère que le seul fait de stabiliser le nombre de patients sur les listes d'attente soit un exploit. Comment la personne responsable des services en santé mentale, M. Carmant, peut-elle se satisfaire que 20 000 personnes ne puissent obtenir des soins en santé mentale avant deux ans?

« Après deux ans de pandémie et d'inaction de la CAQ en santé mentale, le ministre nous présente un plan vide, sans détails, sans solutions claires et qui laisse les Québécois.es en attente de services en santé mentale. »

-David Birnbaum, député de D'Arcy-McGee et porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé mentale

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/January2022/26/c4948.html

Dernière mise à jour : 26 janvier 2022