QUÉBEC, le 24 janv. 2022 /CNW Telbec/ - Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, accompagné du directeur de la campagne de vaccination contre la COVID-19, Daniel Paré, a donné aujourd'hui les détails de la stratégie qui sera déployé afin d'aller à la rencontre des personnes qui ne sont toujours pas vaccinées.

Rappelons que le ministre Carmant s'est vu confier le mandat, par le premier ministre du Québec, de rejoindre l'ensemble des personnes non vaccinées en déployant une stratégie afin de leur offrir une accessibilité accrue.

La vaccination est un moyen efficace et sécuritaire de se protéger contre la COVID-19.  La population a répondu en très grand nombre à l'appel et a permis d'atteindre un taux global de vaccination élevé au Québec, alors que 92 % de la population adulte a reçu une première dose de vaccin. Toutefois, environ 540 000 personnes de plus de 18 ans n'ont toujours pas encore obtenu leur première dose, et on observe toujours que les personnes non adéquatement protégées représentent toujours une part importante des hospitalisations.

Les personnes non vaccinées sont beaucoup plus à risque de développer une forme sévère de la maladie, d'être hospitalisées, et même d'en mourir. On veut les protéger. 50 % des patients aux soins intensifs sont des personnes non vaccinées, alors qu'elles représentent moins de 10 % de la population.

Dans un premier temps, les actions seront principalement déployées dans la région de Montréal, et particulièrement dans les quartiers à faible couverture vaccinale.

Un partenariat avec l'Université de Montréal permettra aux étudiants en médecine et soins infirmiers qui le souhaitent, d'apporter leur contribution dans cet effort supplémentaire de vaccination première dose.

Plusieurs actions sont déjà en cours et se poursuivront dans les prochaines semaines, notamment :

  • l'identification des quartiers d'intervention par les établissements et la santé publique;
  • l'ouverture d'un site éphémère de vaccination au CLSC Sainte-Catherine dès jeudi 27 janvier 2022;
  • l'identification des activités de démarchage à réaliser selon les différents quartiers ciblés;
  • l'identification des organismes communautaires appelés à contribuer à cette démarche;
  • l'ouverture, par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, d'un lien « Je contribue universitaire » avec une ligne téléphonique et une adresse courriel spécifique à cette opération pour que les étudiants de l'Université de Montréal puissent offrir leurs services/contribution.

Citation :

« Nous savons qu'il y a plusieurs facteurs qui influencent la décision de se faire vacciner. Plusieurs initiatives ont été mises en place au cours des derniers mois pour rejoindre certaines clientèles, et ces efforts ont donné des résultats, mais nous allons intensifier les actions ciblées. Les équipes sur le terrain vont aller à la rencontre de ces gens et rendre la vaccination encore plus accessible. Il faut continuer d'appuyer le message de l'importance de la vaccination pour mieux protéger la population et contribuer à réduire les hospitalisations. Je remercie l'ensemble des partenaires qui participeront aux diverses initiatives. » 

Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux

Faits saillants :

Parmi les actions prévues à venir, mentionnons :   

  • la mise en place d'une ligne téléphonique pour les personnes souhaitant discuter avec un professionnel de la santé à propos des facteurs contribuant à leur hésitation face à la vaccination;
  • l'identification des quartiers et territoires ciblés dans les autres régions du Québec;
  • la participation d'autres universités québécoises, en s'inspirant du projet déployé à Montréal;
  • plusieurs activités de communications adaptées aux milieux ciblés (utilisation de la langue maternelle des personnes concernées, utilisation des radios communautaires et des personnalités du milieu, etc.

Des actions permettront également de stimuler l'obtention de la dose de rappel auprès de certaines clientèles. La dose de rappel est recommandée afin de permettre au système immunitaire de rétablir un niveau d'anticorps suffisant pour compenser la baisse qui pourrait survenir après quelques mois, et qui permet ainsi d'assurer une meilleure protection contre les nouveaux variants tels qu'Omicron.

Lien connexe :

Pour en savoir plus sur la vaccination : Québec.ca/vaccinCOVID

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/January2022/24/c3868.html

Dernière mise à jour : 15 février 2022