Mot du Dr David Lussier MD, FRCPC

La COVID‑19 a bouleversé le monde entier, incluant notre société. Nos habitudes de vie ont été changées et nous avons dû, tous, très rapidement nous adapter à cette nouvelle réalité. Les difficultés ont été encore plus grandes pour les aînés et d’autres personnes qui présentent des vulnérabilités, car ils sont plus à risque d’avoir une maladie sévère et de décéder s’ils contractent l’infection. Les efforts demandés à ces personnes ont été exigeants et le sont encore.

En raison de la pandémie à la COVID‑19, des directives ont été émises dans les milieux de vie et les milieux de soins pour encadrer les visites des personnes proches aidantes et des visiteurs.

Ainsi, tout en prenant les moyens nécessaires pour assurer une application rigoureuse des mesures de prévention et de contrôle des infections (PCI), les milieux de vie et de soins doivent permettre les visites des personnes proches aidantes. Les actions pour faciliter les moyens de communication avec les proches doivent également se poursuivre.

Ces mesures visent entres autre à éviter le déconditionnement physique ou psychologique des aînés et des personnes qui présentent une vulnérabilité. Le maintien des liens affectifs et sociaux est indispensable dans le contexte que nous vivons.

Une personne proche aidante est quelqu’un qui, de façon continue ou occasionnelle, apporte un soutien à un membre de son entourage qui présente une incapacité et avec qui elle partage un lien affectif, que ce soit la famille proche et immédiate ou non. Le soutien peut prendre diverses formes tant pour aider dans les activités de la vie quotidienne, de la vie domestique, dans les soins que pour offrir une présence et un soutien moral ou psychologique.

Un visiteur est toute personne qui souhaite visiter l’usager, qui n’est pas de la famille proche ou immédiate, et qui n’entre pas dans la définition d’une personne proche aidante. Il peut s’agir d’une personne connue de l’aidé avec laquelle les contacts sont ponctuels et non essentiels à son intégrité physique et psychologique. Il peut également s’agir d’une personne non connue de l’aidé.

Les personnes proches aidantes et les visiteurs présents dans les milieux de vie et de soins doivent, par ailleurs, en tout temps respecter et suivre les consignes de PCI mis en place comme le lavage des mains, le respect de la distanciation physique de 2 mètres et le port du masque chirurgical. Il en va de la sécurité de tous. Je vous invite à consulter l’ensemble des ressources qui se trouvent sur cette page et vous souhaite de vivre de bons moments sécuritaires avec vos proches.

Reconnaissance de la contribution des personnes proches aidantes

Dans un milieu de vie où vivent des personnes aînées et des personnes vulnérables, une personne proche aidante, comme vous, apporte une aide dans les activités de la vie quotidienne, de la vie domestique, dans les soins, mais aussi une présence et un soutien moral et de réconfort.

Vous jouez un rôle essentiel, autant pour votre proche que pour l’équipe de soins ou le personnel.

Votre rôle est encore plus important dans une période comme celle que nous vivons présentement. Nous reconnaissons votre apport considérable, votre expérience et vos savoirs. Vous faites partie de l’approche basée sur le partenariat.

C’est pourquoi vous êtes bienvenues dans les différents milieux de vie et de soins.

À quoi s’attendre dans un milieu de vie en éclosion

La présence de personnes proches aidantes est possible dans les milieux de vie où il a une éclosion, mais dans le respect de consignes spécifiques sur le plan de la prévention et du contrôle des infections. Ne soyez pas surpris si des changements sont apportés au milieu de vie. Diverses zones ont été mises en place dans les milieux où résident des personnes infectées par la COVID‑19. Une zone « chaude » ou « rouge » regroupe les personnes infectées, alors qu’une zone « froide » ou « verte » regroupe celles qui ne sont pas infectées ou qui sont guéries. Il y a aussi une zone « tiède » ou « jaune », pour les personnes à risque d’être infectées, ou qui reviennent d’une hospitalisation, par exemple. Les précautions sont différentes selon les zones où se trouve la personne visitée.

Pour en savoir plus sur ces différentes zones, visionnez la capsule Zone de confinement dans les milieux de vie pour les personnes aînées et les personnes vulnérables en contexte de COVID‑19 Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

Les membres de l’équipe de soins seront peut-être débordés et ne pourront peut-être pas être aussi présents qu’ils le sont habituellement auprès de vous. Sachez que ce n’est pas par manque de volonté, mais plutôt en raison de la tâche à accomplir et des conditions difficiles dans lesquelles elles travaillent depuis plusieurs mois.

Si votre proche est atteint par la COVID‑19 il est aussi possible qu’il ait changé, que sa mobilité ou sa mémoire ne soit pas aussi bonne qu’elles étaient. Il est possible qu’il ait perdu beaucoup de poids. Il est également possible qu’il ait changé de chambre, car des déménagements ont été nécessaires pour contrôler l’infection. Peut-être, même, que ses effets personnels n’ont pas pu être déménagés en même temps, surtout si le changement de chambre est temporaire. Soyez assurés que le personnel a fait tout son possible pour permettre à votre proche de vivre le mieux possible cette période particulièrement difficile, et qu’il continuera de le faire.

Si vous avez des inquiétudes, n’hésitez pas à en parler. Les conseillères et les conseillers du service Info-aidant sont présents pour vous écouter et pour vous référer au besoin aux programmes et ressources susceptibles de vous aider dans votre quotidien. N’hésitez pas à les appeler au numéro 1 855 852‑7784 ou à visiter le site Web Service Info‑Aidant Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.. Vous pouvez également consulter la page Aller mieux en contexte de pandémie (COVID‑19) ou la page Stress, anxiété et déprime associés à la maladie à coronavirus (COVID‑19).

Assurer la sécurité de tous

Dans un contexte de pandémie de la COVID‑19, la présence des personnes proches aidantes et des visiteurs dans le milieu de vie doit se faire de façon sécuritaire pour tous. Les risques associés à ce soutien et aux visites sont multiples. Une personne proche aidante ou un visiteur atteints de la COVID‑19, sans le savoir, peut la transmettre à son proche, à d’autres personnes du milieu de vie ou au personnel. Les conséquences pour les personnes dans le milieu de vie peuvent être très graves.

Pour ce faire, lors de votre arrivée dans le milieu de vie, vous serez accueilli par une personne qui vous renseignera sur les consignes à suivre et vous accompagnera, le cas échéant. Pour toutes vos questions ou inquiétudes, vous pourrez vous référer aux personnes qui vous auront accueilli.

Vous devez respecter les mesures d’hygiène et de protection suivantes :

Hygiène des mains

Le lavage des mains, avec la distanciation physique de 2 mètres, est la meilleure façon de prévenir la transmission de la COVID-19. Il faudra donc vous laver les mains dès votre arrivée, plusieurs fois durant votre visite, ainsi qu’à votre départ.

Lavage des mains avec du savon et de l'eau
Hygiène des mains à l’aide d’une solution hydroalcoolique

Utilisation des équipements de protection individuelle (ÉPI)

Portez un masque de procédure dès l’entrée dans le CHSLD, la RI-RTF ou la RPA et pendant toute la durée de la visite. Le masque de procédure est un équipement d’usage unique et ne peut être utilisé pour une visite subséquente.

Utilisez les ÉPI de manière adéquate selon la condition du résident :

  • Utilisez des ÉPI complets qui incluent une blouse, des gants et une protection oculaire si la personne visitée est infectée par la COVID‑19 ou est sur une unité où se trouvent des personnes infectées. Sauf pour le masque de procédure, les ÉPI doivent être enlevés avant de sortir de la zone « chaude »;
  • Utilisez un masque de procédure si vous avez accès à un résident non infecté et sans symptômes de la COVID-19.

Vous devrez porter le masque de procédure durant toute votre visite, en évitant de toucher le masque ou votre visage, et le retirer seulement à votre départ.

Consultez le document Comment mettre un masque Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. pour en savoir comment le porter correctement.

Si vous portez un ÉPI complet (qui incluent une blouse, des gants et une protection oculaire), suivez très attentivement les consignes pour le mettre et l’enlever afin d’éviter de vous contaminer. Ceci vous sera enseigné à votre arrivée. Vous pourriez être supervisé pour mettre et pour enlever certains équipements de protection individuelle.

Procédure d’habillage et de déshabillage pour les protections gouttelettes contact avec protection oculaire

Le contenu des sections Reconnaissance de la contribution des personnes proches aidantes, À quoi s’attendre et Assurer la sécurité de tous a été élaboré avec la participation du Dr David Lussier, gériatre à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, directeur de la clinique de gestion de la douleur chronique à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal et professeur agrégé de clinique à l’Université de Montréal.

Consignes pour les personnes proches aidantes et les visiteurs dans les CHSLD, les RI-RTF adultes et les RPA

L’accès au milieu de vie pour les personnes proches aidantes et pour les visiteurs est modulé en fonction des paliers d’alerte où est situé le centre d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD), la ressource intermédiaire ou de type familial (RI‑RTF) pour les adultes ou la résidence privée pour aînés (RPA). Les paliers d'alerte soient 1 (vert), 2 (jaune), 3 (orange) et 4 (rouge) sont établis pour un territoire donné suivant les recommandations des autorités de santé publique qui font une analyse régulière de la situation en tenant compte de la situation épidémiologique, du contrôle de la transmission et de la capacité du système de soins.

Pour connaître le palier d’alerte en vigueur, ainsi que les interventions ou mesures applicables vous pouvez vous référer à la page Carte des paliers d'alerte de COVID‑19 par région.

En plus des paliers d’alerte applicables, des mesures additionnelles sont prises lorsque qu’un milieu de vie est en éclosion.

Modalités générales

En respectant les modalités de visites usuelles et certaines particularités du milieu de vie, les personnes proches aidantes doivent, généralement, pouvoir déterminer elles-mêmes la durée, le moment et la fréquence des visites dans le milieu de vie. Par ailleurs, dans le respect des volontés de la personne proche aidante, une heure d’arrivée peut être attribuée afin d’éviter au maximum les contacts entre les personnes proches aidantes et les visiteurs. Des couchers sont permis dans la mesure où ils contribuent au soutien de la personne aidée.

Modalités spécifiques selon les paliers d’alerte dans un CHSLD, une RI-RTF adulte ou une RPA sans éclosion

  • Dans les territoires où le palier d’alerte est de niveau 1 (vert) ou 2 (jaune), les visites dans les CHSLD, les RI‑RTF et les RPA où il n’y a pas d’éclosion sont autorisées, et ce, sous réserve du respect par le visiteur et les personnes proches aidantes des conditions spécifiques en matière de protection et de contrôle des infections. Le nombre de personnes autorisées varie selon le milieu de vie spécifique.
  • Dans les territoires où le palier d’alerte est de niveau 3 (orange), les visiteurs dans les CHSLD ne sont pas autorisés, seules les personnes proches aidantes le sont. Toutefois, l’accès des visiteurs à l’intérieur d’une RI‑RTF, de l’unité locative d'une RPA, ou sur le terrain extérieur de ces milieux de vie demeure permis, sous réserve du respect des conditions spécifiques à cet effet. Le nombre de personnes autorisées varie selon le milieu de vie spécifique.
  • Dans les territoires où le palier d’alerte est de niveau 4 (rouge), seule la présence des personnes proches aidantes est autorisée en CHSLD, en RI‑RTF et en RPA. Les visiteurs ne sont pas permis en CHSLD, en RI‑RTF et en RPA à ce palier d’alerte.
  • Les visites en soins palliatifs et de fin de vie sont permises pour les personnes proches aidantes et les visiteurs dans tous les milieux de vie.

Modalités spécifiques dans un CHSLD, une RI-RTF adulte ou une RPA en éclosion ou en isolement préventif

  • Les personnes proches aidantes peuvent continuer d’accéder au milieu de vie, et ce, sous réserve du respect des conditions spécifiques à cet effet.
  • En cas d’éclosion (plus de deux cas déclarés dans le milieu de vie) où le résident est en isolement ou s’il est en isolement préventif dans un CHSLD, une RI ou dans une RPA, les visiteurs ne sont pas permis. Toutefois, si l’éclosion est localisée, sous certaines conditions, ils pourront accéder aux unités non touchées sur autorisation de l’équipe de prévention et de contrôle des infections (PCI).
  • Les visites sont permises pour les personnes proches aidantes et les visiteurs en soins palliatifs et de fin de vie dans tous les milieux de vie.

Insatisfactions ou désaccords dans l’interprétation et l’application des directives ministérielles

Un gestionnaire ou une personne désignée sont identifiés au sein des CHSLD, des RI‑RTF et des RPA afin de répondre vos questions et discuter de vos insatisfactions liées à l’interprétation et à l’application des directives ministérielles. Informez-vous auprès du milieu de vie pour savoir qui est ce gestionnaire ou cette personne désignée. Si des insatisfactions persistaient, il vous sera proposé de faire appel au commissaire aux plaintes et à la qualité des services. Soyez assuré que toute la démarche se fera avec tact, délicatesse et impartialité.

Directives de sécurité émises par le ministère de la Santé et des Services sociaux

Les personnes proches aidantes qui souhaitent apporter leur soutien ainsi que les visiteurs devront suivre attentivement les directives du ministère de la Santé et des Services sociaux pour assurer leur propre sécurité et celle des autres personnes.

Surveillance des symptômes

  • En tout temps, vous devez effectuer une autosurveillance des symptômes. Dès la moindre apparition de symptômes, vous ne devez pas vous présenter au CHSLD, à la RI‑RTF ou à la RPA. Consultez les symptômes à surveiller.
  • Si vous êtes soumis à un isolement préventif (par exemple en raison d’un contact étroit avec un cas de COVID‑19), vous ne pouvez pas vous rendre dans un CHSLD, une RI‑RTF ou une RPA avant la fin de votre isolement.
  • Si vous avez reçu un résultat positif à la COVID‑19, vous pourrez vous rendre dans un CHSLD, une RI-RTF ou une RPA seulement lorsque vous serez considéré comme rétabli. Pour être considéré comme rétabli de la COVID‑19, vous devez répondre à toutes les conditions suivantes :
    • 10 jours après le début de la maladie aiguë, 21 jours si vous avez été admis aux soins intensifs ou 28 jours si vous êtes sous corticostéroïdes ou immunosupprimé se sont écoulés, et ce, pourvu que vous répondiez aux critères cliniques, déjà recommandés pour la levée des mesures d’isolement.
    • Vous n’avez plus de fièvre depuis au moins 48 heures (sans avoir pris un médicament contre la fièvre).
    • Vos symptômes se sont améliorés depuis au moins 24 heures (excluant la toux ou la perte de l’odorat, qui peuvent durer plus longtemps).
  • Lorsque vous êtes rétabli, vous pouvez, si vous le souhaitez, demander un test pour avoir un résultat négatif avant d’accéder à nouveau à un CHSLD, une RI‑RTF ou une RPA ou une unité dans ces milieux où il n’y a pas de cas de COVID‑19 confirmé.
  • Vous devez être asymptomatique pour vous rendre dans un milieu de vie.
  • Si vous souhaitez procéder à un test de dépistage de la COVID-19, vous pouvez le demander à l’établissement.
  • En aucun cas, le CHSLD, la RI‑RTF ou la RPA ne peux exiger à la personne proche aidante d’obtenir un test de dépistage négatif pour avoir accès au milieu de vie.

Autres consignes à suivre

  • Dès votre arrivée en CHSLD, en RI‑RTF ou en RPA, vous aurez à compléter un registre afin de faciliter la recherche de contacts par la santé publique advenant une éclosion à la COVID‑19. Le registre doit recueillir le minimum de renseignements personnels nécessaires pour faciliter les enquêtes épidémiologiques des autorités de santé publique (nom, numéro de téléphone ou adresse courriel, date et heure de présence, lieu visité).
  • Vous visiterez une seule personne à la fois. Cette consigne doit être respectée en tout temps, sans exception en CHSLD surtout si deux résidents demeurent dans la même chambre. Toutefois, cette consigne peut être modulée si deux personnes demeurent ensemble dans la même unité RPA ou RI‑RTF et bénéficiaient d’un soutien de la même personne proche aidante.
  • Vous devez arriver dans le milieu de vie avec des vêtements propres, changer de vêtements au retour à la maison et laver ces derniers (lavage régulier).
  • Limitez au maximum les déplacements à l’extérieur de votre domicile pour prévenir la propagation du virus.
  • N’apportez pas de vêtements ou objets de la maison (vêtements, sac à main, sac à lunch, documents, etc.) dans le CHSLD, la RI‑RTF la RPA. Si vous apportez des objets de la maison, sachez que vous ne pourrez pas les rapporter et qu’ils devront rester sur place.

À l’intérieur du milieu de vie :

  • Circulez uniquement pour vous rendre à la chambre ou à l’unité du proche ou de l'usager et vice versa.
  • Évitez de vous approcher à moins de deux mètres des autres personnes résidantes dans le milieu de vie, des membres du personnel et des autres personnes proches aidantes ou visiteurs.
  • Ne vous rendez pas dans les aires communes du CHSLD, de la RI‑RTF ou de la RPA.
  • N'entrez pas dans les réserves d’équipements.
  • Quittez la chambre si un membre du personnel vous le demande, lors d'une intervention médicale, et revenez seulement lorsqu'il vous dira de revenir.
  • Demander quelles sont les salles de bain que vous pouvez utiliser et les précautions et consignes à respecter. Par exemple, il n’est pas conseillé d’utiliser les salles de bain en zone chaude pour les personnes proches aidantes et les visiteurs.

Pour plus de détails, vous êtes invités à consulter le Feuillet d'information s'adressant aux personnes proches aidantes et visiteurs dont le proche est hébergé dans un milieu de vie Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. et qui apportaient un soutien significatif à leur proche avant la pandémie.

Garder le contact à distance

Distanciation physique ne signifie pas isolement social. Pour rester en contact avec vos proches, nous vous proposons de miser sur des stratégies de socialisation à distance. Il ne faut pas minimiser les effets positifs de la socialisation à distance puisque le maintien de vos relations sociales a un impact positif sur votre santé et celle de la personne que vous aidez. Voici quelques trucs pour vous rapprocher de vos proches, malgré le contexte de distanciation physique et de limitation des visites :

  • Gardez et même augmentez les communications avec vos proches. Utilisez les divers moyens disponibles :
    • téléphones;
    • vidéos;
    • textos;
    • réseaux sociaux;
    • applications numériques (Whatsapp, Skype, etc.);
    • messages vocaux ou vidéos préenregistrés;
    • lettres;
    • cartes postales;
    • photos numériques.
  • Planifiez des communications régulières avec vos proches pour créer une routine rassurante.
  • Clarifiez vos préférences communicationnelles et celles de vos proches concernant les moyens de communication et la fréquence à privilégier.
  • Osez être créatifs et trouvez des moyens de socialisation à distance originaux et qui vous conviennent (ex : dessins, bricolage, montage photo, lecture à distance, rendez-vous pour se saluer du balcon et de la rue, souper en tête à tête par Skype).
  • Devenez branchés et voyez cette période de confinement comme une belle occasion d’apprendre à utiliser davantage les possibilités qu’offre la technologie et n’hésitez pas à demander de l’aide à votre entourage pour apprendre à les utiliser.

Vivre un deuil en contexte de pandémie

Bien que la plupart des personnes atteintes de la COVID‑19 se rétablissent par elles-mêmes, il peut toutefois arriver, dans certains cas, que la maladie entraîne le décès d’une personne qui vous est chère. Il importe pour vous de :

  • savoir que le deuil est certainement l’une des épreuves les plus difficiles à traverser au cours d’une vie;
  • se donner beaucoup de temps pour se remettre d’une telle épreuve puisque le processus de guérison peut s’étaler sur des mois, voire des années;
  • se montrer proactif quant à sa guérison puisque cela contribue à accélérer le processus du deuil, et ce, malgré le défi qu’il représente;
  • demander de l’aide sans hésiter auprès de votre entourage, des organismes communautaires ou du réseau de la santé et des services sociaux si vous ressentez le besoin de vous confier ou encore si vous sentez que la situation vous dépasse.

Le décès d’un être estimé est un événement bouleversant et le contexte pandémique a une influence sur la façon de vivre le deuil. Les outils suivants présentent les réactions fréquentes en situation de deuil ainsi que des moyens pour vous adapter et aller mieux.

N’hésitez pas à faire appel aux services d’écoute téléphonique si vous avez des questions ou encore si vous souhaitez obtenir du soutien dans le deuil que vous traversez :

  • Tel-Écoute - Ligne Le Deuil : 1 888 533-3845;
  • Deuil-jeunesse : 1 855 889-3666
    Interventions individuelles et familiales s’adressant autant aux adultes qu’aux enfants