Les nouvelles maisons des aînés et maisons alternatives sont centrées sur la qualité du milieu de vie. Les soins et les services sont adaptés aux personnes, à leur état de santé physique ou mentale. Le respect des droits et libertés sans égard à l’âge, au genre, à l’orientation sexuelle, à la situation sociale, à la religion ou à l’origine, notamment pour les communautés ethnoculturelles et des Premières Nations et Inuit, sont au cœur du projet. L’objectif est de s’y sentir comme à la maison.

Vivre comme à la maison

Les maisons des aînés et les maisons alternatives sont de véritables milieux de vie. Elles :

  • sont un endroit chaleureux où l’organisation des soins et des services est axée sur les besoins, les préférences et le rythme des résidents et de leurs proches;
  • sont composées de maisonnées qui disposent de 12 chambres ayant chacune leur salle de bain avec douche adaptée;
  • présentent un aspect résidentiel tout en favorisant une proximité entre les résidents, leurs proches et le personnel;
  • offrent un espace familial permettant aux proches d’organiser des activités particulières (rencontre, fête, etc.) et d’y participer;
  • bénéficient d’un jardin extérieur facile d’accès ainsi que de balcons pour chaque maisonnée aux étages supérieurs;
  • offrent des espaces avec du matériel permettant de se divertir seul ou en groupe, selon le désir de la personne;
  • disposent d’une armoire à pharmacie directement dans la chambre du résident.

Présence des proches

Les proches sont les bienvenus en tout temps, selon le désir du résident. La famille et les proches sont invités à partager différents moments de la journée, comme un repas en toute intimité, ou encore à dormir auprès du résident, dans sa chambre.

Le maintien des liens avec les personnes proches aidantes est important dans la vie quotidienne des résidents. Leur implication peut prendre différentes formes, par exemple :

  • soutien émotionnel;
  • collaboration avec les membres du personnel pour l’aide à l’alimentation;
  • accompagnement lors de rendez-vous extérieurs.

Différents moyens de communication technologiques sont utilisés pour favoriser le maintien des liens avec les enfants, les petits-enfants, les amis, etc.

Implication active de la personne hébergée

Les intervenants impliquent la personne hébergée et ses proches dans les décisions qui la concernent à chaque étape de sa vie et les invitent à participer à la planification des soins et des services. Il est important que les décisions prises par les résidents soient respectées, même si elles comportent un certain degré de risques.

Selon sa capacité et sa volonté, la personne hébergée peut participer aux différentes tâches du quotidien tout comme prendre soin d’elle-même (se raser la barbe, se laver le visage, etc.).

Participation communautaire

Les maisons des aînés et les maisons alternatives font partie intégrante de leur collectivité. Elles sont situées au cœur des communautés, favorisant ainsi les liens et le sentiment d’appartenance avec celles-ci. Les relations entre les résidents, les proches, les intervenants, les bénévoles et les différents acteurs de la communauté demeurent essentielles.

L’installation permet un partenariat avec des organismes communautaires, scolaires, de loisirs offrant aux résidents l’occasion de participer aux activités proposées par la communauté. La présence de bénévoles dans les maisons et des personnes proches aidantes est encouragée, tout comme la contribution des personnes hébergées aux différentes activités communautaires.

Fonctionnement

Les maisons des aînés et les maisons alternatives se centrent sur les besoins de chacune des personnes hébergées en :

  • adaptant les soins et les services à ses besoins;
  • s’assurant du consentement libre et éclairé du résident selon ses valeurs et ses préférences, tout en veillant à sa sécurité, à sa qualité de vie et à son autonomie;
  • respectant son rythme, ses choix et ses préférences;
  • plaçant son histoire et son projet de vie au cœur des décisions;
  • permettant au résident de décorer et d’aménager son environnement selon ses goûts;
  • préservant son intimité;
  • respectant ses habitudes de vie, son sommeil et ses préférences pour le moment de prendre ses repas ou pour les activités de loisirs.

Personnes admissibles

Lorsque le maintien à domicile n’est plus possible, différentes avenues d’hébergement sont disponibles. Pour avoir accès à de l’hébergement, vous pouvez vous adresser au centre local de services communautaires (CLSC) de votre région Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. ou à votre intervenant si vous en avez déjà un (intervenant pivot, intervenant du soutien à domicile ou du centre de réadaptation).

Les maisons des aînés accueillent des personnes aînées en grande perte d’autonomie. Les maisons alternatives hébergent des personnes adultes ayant une déficience physique, une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme.

Coût

Toute personne de 18 ans ou plus dont l’état de santé requiert qu’elle soit admise en établissement d’hébergement de soins de longue durée contribue au paiement de son hébergement et des frais de gîte et de couvert.

La Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) administre le Programme de contribution financière des adultes hébergés Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.. Elle a le mandat de déterminer le montant de la contribution financière de ces personnes de sorte que les règles soient appliquées de façon uniforme, équitable et impartiale dans l’ensemble du réseau. Ce montant tient compte de la situation financière du résident. Un maximum est également établi.