Les minéraux critiques

Les minéraux critiques se définissent par leur caractère indispensable pour des secteurs clés de l’économie. Leur approvisionnement est considéré comme fragile. Les entreprises pourraient éventuellement avoir de la difficulté à s’en procurer à cause de l’explosion de la demande, de la consommation croissante de ces ressources ou de considérations géopolitiques.

Il n’existe pas de substituts pour ces minéraux. Ils sont essentiels à la fabrication de certains biens. 
Les minéraux critiques pour le Québec sont les suivants :

  • Antimoine
  • Bismuth
  • Cadmium
  • Césium
  • Cuivre
  • Étain
  • Gallium
  • Indium
  • Tellure
  • Zinc

Les minéraux stratégiques

Les minéraux stratégiques aident le Québec à atteindre les objectifs de ses grandes politiques, par exemple le plan à venir pour une économie verte et la Politique de mobilité durable — 2030. Ces minéraux entrent dans la fabrication de plusieurs technologies, dont les technologies vertes. Ils contribuent ainsi à la lutte contre les changements climatiques.

Les minéraux stratégiques qu’on trouve au Québec sont les suivants :

  • Cobalt
  • Éléments des terres rares
  • Éléments du groupe du platine
  • Graphite
  • Lithium
  • Magnésium
  • Nickel
  • Niobium
  • Scandium
  • Tantale
  • Titane
  • Vanadium

Emplacement géographique

Plusieurs projets de  mise en valeur des minéraux critiques et stratégiques sont en cours au Québec. La plupart des projets miniers sont situés dans les régions de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec tandis que les projets de transformation se concentrent davantage en Montérégie et dans la grande région de Montréal. 

La seule mine de graphite active au Québec est dans les Laurentides (lac des Îles). La majorité des projets miniers de graphite sont situés dans les régions de la Côte-Nord, de l’Outaouais, des Laurentides et de Lanaudière dans la Province géologique de Grenville.

Les mines de nickel, de cuivre, de cobalt et d’éléments du groupe du platine se trouvent dans la péninsule de l’Ungava, au Nunavik.

L’une des rares exploitations de niobium, la mine Niobec, est en activité à Saint-Honoré au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le titane est exploité à Havre-Saint-Pierre sur la Côte-Nord tandis que les projets de mise en valeur du vanadium se trouvent à Chibougamau, dans le Nord-du-Québec.

Les projets de mise en valeur et d’exploitation du lithium sont nombreux dans Eeyou Istchee Baie James et en Abitibi-Témiscamingue, entre Val-d’Or et Amos.

Les éléments de terres rares sont en fait abondants, mais en concentration plutôt faible dans l’environnement. Le Québec renferme certains dépôts où ces éléments sont plus concentrés, dont les projets de mise en valeur Kwyjibo sur la Côte-Nord et Strange Lake dans le Nord-du-Québec.

Les mines et projets de mise en valeur de zinc et de cuivre se concentrent dans le sud du Nord-du-Québec et en Abitibi-Témiscamingue. 

Utilisation des minéraux critiques et stratégiques dans le quotidien

Les minéraux critiques et stratégiques jouent un rôle essentiel dans notre quotidien. On les trouve un peu partout dans nos vies (tablettes, cellulaires, ordinateurs portables, batteries rechargeables, véhicules électriques, télescopes, bâtons de hockey, etc.).

D’autres produits manufacturiers incluent des minéraux critiques et stratégiques dans leur composition (par exemple, panneaux solaires, éoliennes, lasers et moteurs d’avions).

Les minéraux critiques et stratégiques se trouvent également dans le secteur de la santé et sont utilisés dans la fabrication de médicaments (par exemple le lithium et le bismuth), des équipements médicaux, des instruments dentaires, des tomodensitomètres ou encore des produits cosmétiques.

Réflexion sur la mise en valeur des minéraux critiques et stratégiques

Le gouvernement a tenu une réflexion publique sur la mise en valeur des minéraux critiques et stratégiques au Québec. Du 19 novembre 2019 au 7 février 2020, 6 rencontres ont été organisées dans les régions de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Capitale-Nationale, de la Côte-Nord, de Montréal, du Nord-du-Québec et du Saguenay–Lac-Saint-Jean. L’objectif était de recueillir les avis des partenaires régionaux et des communautés autochtones sur les orientations que devrait prendre le gouvernement. En tout, 140 participants venant des secteurs municipal, industriel, minier et environnemental ont pris part à cette réflexion. L’acceptabilité sociale, le recyclage des minéraux, l’économie circulaire et la contribution des partenaires ont fait l’objet de nombreux échanges.

Synthèse

Une synthèse de ces travaux a été publiée. Elle présente les différents points de vue exprimés durant les rencontres régionales, mais également dans les questionnaires transmis en ligne et les mémoires déposés.

La majorité des organisations et des citoyens se sont dit en faveur de la mise en valeur des minéraux critiques et stratégiques. Ils ont exprimé leur volonté que leur mise en valeur soit faite dans le respect des communautés et de l’environnement et que cela génère des retombées durables en région et pour le Québec tout entier.