Avis général

Éclosion de salmonellose ultrarésistante aux antibiotiques

Des aliments crus pour animaux de compagnie sont en cause dans une récente éclosion de salmonelles ultrarésistantes ayant infecté des personnes au Québec et dans cinq autres provinces canadiennes. Au Québec, environ la moitié des cas concernent des enfants de 5 ans ou moins. L’exposition à de la viande crue pour animaux de compagnie ou à des chiens nourris de viande crue a été identifiée comme la source de plusieurs cas. Dans un élevage nourri avec des aliments crus, ces salmonelles ont aussi infecté des chiots, qui sont morts.

Consultez l’avis émis par l’Agence de santé publique du Canada Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. pour en savoir plus.

Nourrir un animal de compagnie avec de la viande crue comporte toujours une part de risque, autant pour lui que pour les personnes qui le côtoient.

Des bactéries comme la salmonelle et d’autres microorganismes normalement éliminés par la cuisson peuvent être une source de maladie.

Considérez bien les risques avant de faire le choix de ce type d’alimentation pour votre chien ou chat, ou avant d’adopter un animal qui en consomme.

Sachez que la viande crue est vendue sous différentes formes dans les commerces, par exemple des galettes ou des cubes de viande congelée, des gâteries faites de poulet lyophilisé ou des oreilles de porc séchées. Le traitement appliqué à ces produits ne détruit pas tous les microorganismes infectieux.

Ce type d’alimentation n’est pas recommandé, en particulier pour les animaux dans les foyers comptant des personnes vulnérables (jeunes enfants, femmes enceintes, personnes âgées ou personnes dont le système immunitaire est affaibli), en raison du risque accru de maladie grave.

Si vous optez tout de même pour une alimentation crue pour votre animal, assurez-vous qu’elle répond à ses besoins nutritionnels. Informez-vous auprès du fabricant sur la provenance des aliments et la gestion des risques de contamination. Suivez les règles de conservation et d’hygiène applicables.

Risques de contamination élevés de la nourriture crue

L’alimentation crue pour animaux de compagnie peut comprendre de la nourriture, des friandises et des produits à mâcher.

Les produits d’alimentation crue commerciaux comportent des risques pour les animaux et les personnes qui les entourent. La viande crue contient souvent des parasites et des bactéries pathogènes.

Dans le cas des aliments secs comme les croquettes et des aliments humides en conserve comme les pâtés, les traitements thermiques utilisés sont plus sécuritaires que les traitements appliqués aux aliments crus. La cuisson réduit les risques de contamination chez l’animal ou chez l’humain qui les manipule.

Les principales méthodes de traitement de la nourriture crue (déshydratation, séchage, lyophilisation, congélation) ne permettent pas d’éliminer tous les microorganismes pathogènes. La cuisson demeure la meilleure façon de contrôler les risques.

Offrir de la nourriture crue nécessite d’être vigilant lors de la manipulation des produits et de suivre les recommandations du fabricant.

Risques pour l’animal

Les viandes crues représentent une source potentielle de contamination pour les animaux qui les consomment. Les plus à risque d’être infectés et malades sont les jeunes animaux, les plus âgés et ceux avec un système immunitaire affaibli.

Il est possible que les animaux infectés ne ressentent aucun symptôme ou qu’ils présentent des signes cliniques plus ou moins graves.

Il faut être vigilant si des symptômes plus sévères apparaissent. Ils peuvent être le signe d’une infection plus grave :

  • fièvre;
  • faiblesse;
  • perte d’appétit;
  • diarrhée;
  • vomissements.

Si vous avez des inquiétudes au sujet de la santé de votre animal ou des préoccupations sur la qualité de son alimentation, consultez votre vétérinaire.

Notez qu’au Canada il est strictement interdit de nourrir un cochon (de compagnie ou d’élevage) avec de la viande, qu’elle soit crue, cuite ou intégrée dans la nourriture pour chats ou chiens. Le risque associé à la présence potentielle de virus causant une maladie grave chez le cochon est trop important. Pour en savoir plus, consultez la page Petites fermes et propriétaires de porcs : vous faites-vous du sang de cochon pour la biosécurité Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. de l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

Risques pour l’humain

L’infection peut se produire par contact direct ou indirect avec de la nourriture crue ou avec un animal qui en consomme. Ainsi, le fait de porter les mains à votre bouche après avoir touché aux bols d’un animal ou à d’autres surfaces contaminées peut vous infecter.

Les animaux, qu’ils soient malades ou non, peuvent transmettre des infections à partir de leur salive et de leurs excréments contaminés. Des microorganismes responsables de l’infection peuvent parfois être présents jusqu’à plusieurs semaines dans les selles.

Les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et celles dont le système immunitaire est affaibli sont plus vulnérables aux infections. Les jeunes enfants sont les plus exposés, car ils ont tendance à porter les objets et leurs doigts à la bouche, et il est difficile d’éviter que les animaux ne leur lèchent le visage.

Avis général

Éviter les risques

La meilleure façon d’éviter les risques est de ne pas nourrir son animal avec de la viande crue. Les animaux ne devraient pas être nourris avec ce type d’aliment, surtout s’ils sont en contact avec une personne vulnérable.

Consultez et partagez l'affiche La nourriture à base de viandes crues pour animaux de compagnie (PDF 431 Ko) ou installez-la bien à la vue des propriétaires d’animaux de compagnie.

Modes de conservation de la nourriture crue

Assurez-vous de conserver adéquatement la nourriture crue pour limiter les risques de contamination.

Aliments à conserver au froid

Certains aliments crus ou cuits sont à conserver au réfrigérateur ou au congélateur. Il s’agit de :

  • la viande crue et tous les aliments crus à base de viande;
  • la viande cuite et tous les aliments cuits à base de viande qui n’ont pas atteint un état de stérilité commerciale.

Par exemple, des repas de viande, des galettes faites d’un mélange de viandes crues ou d’un mélange de viandes crues comportant des fruits, des légumes et d’autres ingrédients.

Aliments à conserver à température ambiante

Quelques aliments traités sont à conserver à température ambiante. Il s’agit d’aliments à base de viande crue qui ont subi un procédé de transformation permettant leur conservation à température ambiante.

Par exemple, des gâteries lyophilisées (séchées à froid), des morceaux de foie déshydratés ou des oreilles de porc séchées.

Règles d’hygiène à suivre

En vue de limiter les risques pour la santé des animaux et des personnes autour d’eux, évitez de nourrir votre animal avec de la viande crue. Si vous choisissez tout de même de le faire, il existe des règles d’hygiène à respecter. Suivez-les lorsque vous manipulez de la nourriture pour animaux, plus particulièrement de la viande crue.

Au moment de l’achat, vérifiez sur l’étiquette de l’emballage les renseignements utiles comme les ingrédients et la date de péremption (expiration). Suivez les indications de manipulation et de conservation qui s’y trouvent. Les viandes et autres aliments crus servis à votre animal doivent provenir de fournisseurs qui transforment des viandes comestibles.

Décongelez au réfrigérateur uniquement la portion de viande nécessaire. Elle devrait être placée dans un récipient sur la tablette la plus basse pour que l’écoulement des sucs n’entraîne pas de contamination. Évitez les contacts avec les autres aliments.

Les aliments pour animaux et leur bol de nourriture ne doivent pas être accessibles aux jeunes enfants.

Il faut jeter toute viande crue non consommée dans les 30 minutes après avoir offert le repas à l’animal.

Nettoyage et assainissement

Nettoyez puis assainissez le bol, toutes les surfaces et tous les équipements qui ont été en contact avec de la viande crue. Il ne faut pas oublier l’évier de la cuisine.

Vous pouvez utiliser un assainisseur pour la cuisine en suivant les instructions du fabricant ou une solution désinfectante composée de 5 millilitres d’eau de Javel (hypochlorite de sodium) diluée dans 1 litre d’eau. Une nouvelle solution doit être préparée chaque jour pour en assurer l’efficacité.

Les bols et les petits équipements peuvent être nettoyés au lave-vaisselle lorsque celui-ci comporte un cycle d’assainissement (par exemple Sanicycle ou Sanitize, en anglais). L’appareil fait alors successivement le nettoyage et ensuite l’assainissement.

Lavez-vous les mains avec du savon et de l’eau après avoir touché la nourriture pour animaux ou son contenant. Vous devez aussi le faire à la suite d’un contact avec un animal, ses jouets, sa salive ou ses excréments.

Provenance des aliments

Il est important de connaître la provenance des produits que l’on achète pour nourrir ses animaux de compagnie. Vous pouvez contacter directement le fabricant pour obtenir de l’information supplémentaire sur les ingrédients, la qualité et la salubrité du produit.

Pour savoir si les produits commerciaux d’alimentation crue sont fabriqués au Québec, repérez la mention « PG-000 » sur leur emballage. Cette mention indique que le lieu de préparation correspond à un atelier d’équarrissage québécois.

Les produits fabriqués au Québec sont soumis à des exigences et à des inspections. Les fabricants doivent détenir un permis d’atelier d’équarrissage de catégorie Préparation générale Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. délivré par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. Ces aliments doivent être faits de viandes propres à la consommation humaine et être vendus au détail.

Les produits qui proviennent d’autres provinces canadiennes ou de l’importation sont surveillés par l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

Viandes non comestibles

Évitez les aliments des fabricants qui utilisent des viandes non comestibles. Au Québec, les viandes non comestibles sont colorées (dites dénaturées) par l’ajout d’un colorant. Leur emballage fait mention de « viandes non comestibles » ou de « viandes non comestibles désossées ». Habituellement, les viandes non comestibles sont davantage contaminées que les viandes comestibles et peuvent, entre autres, provenir de la récupération d’animaux morts à la ferme.

Souvent offertes à moindre coût, elles sont une option alimentaire attrayante, mais comportent des risques accrus pour la santé de l’animal et des personnes en contact avec lui.

Chenil

Selon leurs conditions de permis, certains équarrisseurs québécois peuvent vendre des viandes non comestibles à un propriétaire de chenil pour servir à l’alimentation des animaux qui y sont gardés. Ils ne sont pas autorisés à en faire la vente au détail ni la vente à un propriétaire de chien (un particulier) qui n’exploite pas de chenil.

Dernière mise à jour : 10 mai 2024

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?
Avis général

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec