Tout comme les humains, les animaux peuvent souffrir des inconvénients occasionnés par les températures extrêmes.

Par temps chaud et humide, les animaux peuvent être sujets à des coups de chaleur. Ils peuvent aussi être incommodés par les périodes de grand froid.

Prenez quelques mesures de précaution afin de réduire les désagréments des températures extrêmes pour votre animal de compagnie ou vos animaux d’élevage et de loisir.

Canicule et coup de chaleur

En temps de grande chaleur, il faut donner de l’eau à volonté aux animaux pour bien les désaltérer.

La température élevée les incommode beaucoup, et ils risquent de ne pas boire suffisamment. Il faut les inciter à le faire en mettant à leur disposition un récipient propre rempli d’eau fraîche.

À l’extérieur, une zone ombragée doit être accessible pour que les animaux puissent se rafraîchir. Vous pouvez prévoir l’aménagement d’un abri qui pourra aussi servir de protection contre les vents violents, les orages et les fortes pluies.

Limiter l’exercice et les transports

Réduisez le stress chez les animaux et reportez les exercices et les manipulations. Prenez soin d’adopter une attitude calme et d’éviter les mouvements brusques. Veillez aussi à assurer la salubrité de l’environnement immédiat de vos animaux.

Durant une canicule, il y a lieu de reporter les déplacements non nécessaires. De plus, il ne faut surtout pas laisser un animal seul dans un véhicule même si les fenêtres sont entrouvertes.

En cas de coup de chaleur

Prêtez une grande attention aux indices de coup de chaleur :

  • Bouche ouverte et respiration rapide (halètement), superficielle ou difficile;
  • Température du corps très chaude;
  • Vomissements ou diarrhée;
  • Tremblements musculaires;
  • Léthargie (animaux qui semblent ivres, endormis ou absents);
  • Mouvements inhabituels (animaux couchés sur le côté qui ont parfois l’air de pédaler);
  • Perte de conscience.

Si vous remarquez des indices de coup de chaleur, diminuez la température du corps de l’animal en l’aspergeant avec de l’eau fraîche. Évitez d’utiliser de l’eau glacée pour ne pas provoquer un choc hypothermique.

Placez l’animal dans un endroit frais, à l’ombre, pour qu’il puisse être tranquille et se reposer. Il faut le rafraîchir graduellement. Par exemple, vous pouvez utiliser un ventilateur, arroser l’animal avec un boyau d’arrosage à faible débit ou des seaux d’eau tiède, durant 20 à 30 minutes. Laisser-le récupérer quelques heures.

Si l’animal semble très affaibli ou qu’il tarde à se rétablir, communiquez rapidement avec un médecin vétérinaire.

Trouver un animal dans un véhicule

Un animal de compagnie ne devrait jamais être laissé sans surveillance dans l’habitacle d’un véhicule lorsqu’il fait chaud, même pour quelques minutes. Le fait de laisser les vitres entrouvertes n’est souvent pas suffisant pour dissiper la chaleur accumulée à l’intérieur du véhicule.

La température peut grimper de 1 °C par minute dans un véhicule lorsque la température extérieure est chaude, même si elle demeure stable. En cinq minutes, un animal peut donc commencer à ressentir les symptômes d’un coup de chaleur comme un halètement excessif, une hypersalivation ou des convulsions.

Si vous constatez la présence d’un animal dans un véhicule lors d’une chaude journée, il est recommandé de vérifier :

  • si l’animal vous semble normal ou s’il éprouve des difficultés;
  • s’il a de l’eau à sa disposition;
  • si les fenêtres du véhicule sont entrouvertes.

Si l’animal éprouve des difficultés :

Tentez de trouver le propriétaire du véhicule. Par exemple, si le véhicule est stationné dans une aire publique, informez-vous au personnel des commerces environnants. Fournissez-leur une description du véhicule, y compris le numéro d’immatriculation, et de l’animal.

Faites de l’ombre sur le véhicule, si c’est possible. Gardez l’environnement autour du véhicule calme pour ne pas stimuler davantage l’animal. Un stress additionnel pourrait empirer sa situation.

Si plusieurs personnes sont disponibles, partagez-vous les tâches. Par exemple, désignez quelqu’un pour demeurer à côté du véhicule afin de surveiller l’animal pendant que vous essayez de retrouver le propriétaire.

Communiquez avec les autorités si vous n’arrivez pas à entrer en contact avec le propriétaire du véhicule et que l’animal éprouve les difficultés suivantes : halètement excessif avec hypersalivation, vomissements ou diarrhée, incapacité de se lever, état amorphe, perte de conscience ou convulsions.

Faites un signalement

Téléphonez sans frais au 1 844 264-6289 (1 844 ANIMAUX) ou contactez votre service de police local.

Pour tout signalement, assurez-vous de fournir les renseignements suivants :

  • le lieu où se trouve le véhicule comme le nom de la rue et le numéro d’immeuble le plus près;
  • une description du véhicule : la marque et le modèle, le numéro d’immatriculation, la couleur et l’ouverture ou non des fenêtres;
  • l’espèce, la couleur et la grosseur de l’animal;
  • le comportement de l’animal, s’il est en position debout ou couchée, et les signes observés comme une hypersalivation, un halètement excessif, un état inconscient ou des convulsions.

Si possible, continuez de surveiller l’animal jusqu’à l’arrivée d’un inspecteur ou d’un policier.

Un animal que l’on sort d’un véhicule et qui montre des signes de coup de chaleur grave devrait être transporté immédiatement chez un médecin vétérinaire.

Attention! Certaines personnes voudront agir promptement avant l’arrivée des autorités pour donner de l’eau à l’animal, pour baisser ou briser une fenêtre ou encore pour tenter d’ouvrir une porte afin de sortir l’animal du véhicule.

Important à savoir :

Le véhicule et ce qui se trouve à l’intérieur, y compris l’animal, sont considérés comme la propriété privée d’un individu. Une personne qui entre dans le véhicule, l’altère ou enlève ce qu’il y a dedans peut être poursuivie.

Un animal dans un véhicule peut aussi vouloir protéger son territoire ou se méfier des étrangers. Il pourrait faire un mouvement brusque vers l’avant ou même mordre une personne qui s’en approche.

Précisions concernant les animaux d’élevage

Les températures extrêmes exigent la mise en place de mesures additionnelles pour soulager les animaux d’élevage. Voici quelques conseils particuliers pour les exploitants agricoles afin d’assurer la sécurité et le bien-être des animaux par temps chaud et humide.

Rafraîchir les animaux et adapter leur alimentation

Il faut d’abord fournir de l’eau fraîche et propre à volonté aux animaux afin de les désaltérer. Si l’eau provient d’un abreuvoir automatique, une vérification du bon fonctionnement de l’appareil s’impose.

Il est possible de rafraîchir les animaux en les arrosant souvent, idéalement par vaporisation. L’eau doit être fraîche, mais pas trop froide, de façon à éviter un choc thermique. On peut également arroser le plancher des allées.

Améliorez la ventilation en augmentant le débit des ventilateurs ou en ajoutant des appareils portatifs. Il est d’autant plus important de le faire si le temps est très humide et que vous arrosez les animaux ou le sol.

Pendant les journées de grande chaleur, les éleveurs peuvent envoyer les animaux au pâturage, de préférence le soir ou tôt le matin. Il est aussi recommandé de les nourrir le soir en limitant les grains, par exemple. Donnez des aliments moins caloriques pour réduire la chaleur provenant de la digestion. Les médecins vétérinaires ou les agronomes peuvent prodiguer de précieux conseils à ce sujet.

À l’extérieur, prévoyez l’aménagement d’un abri comme zone ombragée. Il pourra aussi servir de protection contre les intempéries, les grosses pluies, les vents violents et les orages.

Salubrité de l’environnement

Il est préférable de diminuer le nombre d’animaux dans un espace intérieur, si cela est possible.

Par temps chaud et humide, il faut nettoyer plus fréquemment les lieux où logent les animaux. On réduit ainsi la multiplication des microorganismes nuisibles à leur santé et on maintient une bonne qualité de l’air.

Transport des animaux

Les éleveurs doivent coordonner de façon étroite le transport des animaux, de manière à réduire au minimum les temps de transport et d’attente. Planifiez les déplacements pour éviter les zones où la circulation est dense.

Il est préférable de procéder au chargement et au débarquement des animaux le matin ou le soir. Diminuez la densité de chargement ou le nombre d’animaux dans un espace restreint, généralement de 15 à 25 %.

Utilisez une ventilation mécanique dans le camion et ouvrez au maximum les entrées d’air.

Si possible, vaporisez les animaux avec de l’eau avant le départ pour les rafraîchir et humidifiez légèrement la litière. Vous pouvez même installer un système de vaporisation. Il faut toutefois éviter les excès d’eau qui rendent les planchers glissants.

La mise en place d’un mécanisme d’abreuvement raccordé à une source d’eau potable est aussi une solution à envisager.

Maintenez le véhicule en marche en évitant les arrêts. Si ces derniers sont inévitables, il faut s’abstenir de garer le véhicule en plein soleil et prévoir une source supplémentaire de ventilation. Suivez les plans établis pour les attentes prolongées dans les lieux de débarquement comme les abattoirs.

Prévoyez un plan d’urgence en cas de bris mécanique ou pour toute autre situation imprévue.

Déceler les problèmes de santé

Chez les animaux d’élevage, il faut surveiller les coups de soleil, les coups de chaleur et les autres problèmes de santé.

Certains animaux sont plus vulnérables que d’autres comme les bêtes les plus jeunes et les plus âgées, de même que les femelles gestantes ou ayant mis bas.

Certains problèmes de santé se présentent plus souvent lorsqu’il fait chaud, notamment les mammites aiguës ou les troubles métaboliques comme l’acidose ruminale chez les vaches.

Grands froids

Les animaux peuvent souffrir d’hypothermie.

Par période de grand froid, il ne faut pas hésiter à aménager des installations temporaires pour prévenir l’hypothermie et les engelures.

Un animal qui reste dehors doit avoir été acclimaté à la température. Toutefois, certaines races ou certains types de chiens, comme ceux de petit gabarit ou à poil court, ne sont pas adaptés au froid à l’extérieur.

Abri de protection

Prévoyez un abri pour protéger les animaux des intempéries et des vents dominants afin qu’ils puissent maintenir leur température corporelle. De la litière, comme de la paille, peut être ajoutée pour les garder au sec.

L’abri doit être assez grand pour accueillir tous les animaux en même temps. Cela concerne également les haies brise-vent pour les bovins.

Alimentation requise

Fournissez aux animaux de l’eau et de la nourriture en quantité suffisante. Leurs besoins énergétiques quotidiens augmentent quand il fait froid.

Ni la neige ni la glace ne peuvent remplacer l’eau pour boire, qui doit être tiède.

Dernière mise à jour : 20 mai 2022

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec