Le gouvernement du Québec et les établissements scolaires maintiennent une vigilance élevée en matière de qualité de l’air dans les classes et assurent le suivi de l’application de mesures lorsque des situations problématiques surviennent.    

Le ministère de l’Éducation (MEQ) a mis sur pied une structure de gouvernance et travaille étroitement avec un expert indépendant en qualité de l’air intérieur et en ventilation industrielle de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST). Cet expert épaule le MEQ dans l’élaboration d’une stratégie concernant la qualité de l’air dans nos écoles afin que soit offert en tout temps le meilleur des environnements d’apprentissage et de travail aux élèves et au personnel scolaire.  

Parmi les mesures mises en œuvre, notons celles-ci : 

  • le développement d’un nouveau protocole visant le monitorage informatique en continu de la qualité de l’air dans les classes et l’identification de la solution technologique requise;  
  • l’acquisition de lecteurs de dioxyde de carbone (CO2) et d’autres indicateurs pour assurer une qualité de l’air optimale dans toutes les classes du Québec;  
  • le déploiement de ces appareils d’ici décembre 2021 dans l’ensemble des écoles. Il revient toutefois aux organismes scolaires de les installer le plus rapidement possible, selon leur planification et les dates de réception des lecteurs; 
  • le déploiement d’un programme d’entretien des équipements de ventilation et des fenêtres à l’été 2021;  
  • la distribution et installation de plusieurs centaines d’échangeurs d’air dans le réseau ;  
  • la poursuite du programme de correctifs requis pour répondre aux situations problématiques et d’ajustements à la ventilation mécanique (c’est-à-dire permettant l’évacuation d’air et/ou un apport forcé en air frais), tels que :  
    • l’optimisation de l’apport d’air frais;  
    • le retrait de mesures d’économie d’énergie;  
    • le fonctionnement des appareils de ventilation en continu;  
    • le changement des filtres, l’emploi de filtres plus performants si possible (MERV 13 ou plus) et l’entretien des systèmes de ventilation, lorsque requis.  

Le Ministère et le réseau scolaire collaborent depuis plusieurs années et partagent leurs expertises pour le maintien d’une bonne qualité de l’air dans les écoles notamment par la production de guides de bonnes pratiques :  

La pandémie de COVID-19 a démontré l’importance de mesurer en continu la qualité de l’air intérieur, notamment dans nos écoles, et de veiller au maintien de milieux sécuritaires pour tous les occupants. 

Appel d'offres

Le 16 juillet 2021, un appel d’offres a été lancé dans le but de doter toutes les classes de lecteurs de CO2. Cette opération, qui s’amorcera à l’automne une fois les appareils reçus, vise à assurer un suivi rigoureux de la qualité de l'air dans l'ensemble des écoles primaires et secondaires ainsi que des centres de formation professionnelle et d’éducation aux adultes. Le Québec est le premier gouvernement au Canada à procéder à un tel déploiement.  

La qualité de l’air intérieur et le confort des élèves sont influencés par plusieurs facteurs comme la concentration de CO2, la température et le taux d’humidité relative. Les études scientifiques démontrent qu’une concentration trop élevée de CO2 dans l’air intérieur peut causer de l’inconfort aux élèves et affecter leur concentration et leurs résultats, au même titre qu’une température ambiante trop élevée par exemple.  

Les lectures en temps réel permettront d’intervenir directement dans les locaux, entre autres en ajustant l’apport d’air extérieur ou en profitant d’une pause pour aérer complètement un local.  

Les établissements scolaires pourront utiliser les données moyennes pour intervenir rapidement lorsque les cibles fixées ne sont pas atteintes. 

Les centres de services scolaires (CSS) et les commissions scolaires (CS) pourront quant à eux utiliser les données moyennes pour identifier les tendances ainsi que les bâtiments qui nécessitent des plans d’interventions plus généraux et/ou des travaux correctifs de plus grande envergure. 

Ainsi, nous nous assurons que les élèves et le personnel des écoles disposent des meilleures conditions d’apprentissage et de travail dans les classes. 

La priorité d’installation sera accordée aux classes ventilées naturellement, c’est-à-dire celles qui ne sont pas munies d’un système de ventilation mécanique et où l’ouverture des portes et des fenêtres est nécessaire pour assurer un renouvellement de l’air.  

L’objectif est de déployer l’ensemble des lecteurs d’ici la fin de décembre 2021. Toutefois, il revient aux organismes scolaires de les installer le plus rapidement possible, selon leur planification et les dates de réception des lecteurs. 

Pour en savoir plus sur le CO2, consultez la page Dioxyde de carbone (CO2)

Comité tripartite

Un comité tripartite (MEQ, CNESST-IRSST, MSSS-INSPQ) a été mis sur pied dans le but d’encadrer et d’autoriser les demandes émanant du réseau scolaire à cet égard. Il a également pour mandat d’assurer une meilleure cohérence des actions réalisées par le Ministère en matière de qualité de l’air intérieur. 

Membres 

Ministère de l’Éducation 

  • M. Jean-Philippe Rancourt, directeur de l’expertise et du développement des infrastructures scolaires 
  • M. Martin Bérubé, ingénieur chargé de projet, Direction de l’expertise et du développement des infrastructures scolaires 
  • M. Darius Tsé, ingénieur chargé de projet, Direction de l’expertise et du développement des infrastructures scolaires
     

Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail 

  • Mme Caroline Monette, ingénieure, direction de la prévention-inspection – Rive-Nord 

Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

  • M. Ali Bahloul, chercheur en prévention des risques chimiques, biologiques, mécaniques et physiques 


Ministère de la Santé et des Services Sociaux 

  • M. Christian Roy, Direction de la santé environnementale 


Institut national de santé publique du Québec 

  • Dr Stéphane Perron, médecin spécialisé en santé publique et en médecine préventive 
  • Dre Caroline Huot, médecin spécialisée en santé publique et en médecine préventive