1. Accueil  
  2. Gouvernement  
  3. Politiques et orientations  
  4. Stratégie québécoise sur l’hydrogène vert et les bioénergies

Stratégie québécoise sur l’hydrogène vert et les bioénergies

Une stratégie pour décarboner, innover et rayonner

La Stratégie québécoise sur l’hydrogène vert et les bioénergies a pour but de créer un cadre cohérent et un environnement favorable pour accélérer la production, la distribution et l’utilisation de l’hydrogène vert et des bioénergies.

Ces filières énergétiques peuvent apporter des solutions pour remplacer les énergies fossiles et réduire les émissions de GES, même dans les secteurs d’activité les plus polluants, comme les transports et l’industrie.

Dans la poursuite de sa transition énergétique et fort de ses ressources naturelles, le Québec entend accroître le rôle de l’hydrogène vert et des bioénergies dans son portefeuille énergétique en vue de décarboner et de renforcer son économie.

Pourquoi miser sur l’hydrogène vert et les bioénergies?

Pour lutter contre les changements climatiques, le Québec s’est fixé des objectifs :

  • réduire de 37,5 % ses émissions de GES sous le niveau de 1990 d’ici à 2030;
  • réduire de 40 % sa consommation de produits pétroliers par rapport à 2013 d’ici à 2030;
  • atteindre la carboneutralité à l’horizon 2050.

Des mesures vigoureuses s’imposent dès maintenant pour atteindre ces cibles. Un vaste chantier d’électrification a débuté dans tous les secteurs de notre économie. De nombreux projets d’efficacité énergétique sont aussi réalisés pour réduire nos besoins en énergie.

Mais cela ne sera pas suffisant pour réduire nos émissions de GES. Pour atteindre nos cibles, nous devons nous tourner vers d’autres formes d’énergies renouvelables. 

Un potentiel incomparable

On estime que l’hydrogène vert et les bioénergies joueront un rôle majeur dans la réussite de la transition énergétique mondiale :

  • En 2030, l’hydrogène vert et les bioénergies auront le potentiel de diminuer la consommation de produits pétroliers de près d’un milliard de litres par année au Québec. Cela pourrait réduire nos émissions de GES de 4 mégatonnes de CO2 par an, ce qui équivaudrait au retrait de 1,2 million de véhicules à essence sur les routes.
  • À l’horizon 2050, selon l’Agence internationale de l’énergie, la demande mondiale en hydrogène pourrait être multipliée par cinq et la production des bioénergies pourrait répondre à 20 % des besoins mondiaux en énergie, si la carboneutralité est visée à l’échelle mondiale.

Les atouts du Québec

Le Québec peut compter sur ses atouts pour développer ces nouvelles filières énergétiques :

  • une électricité renouvelable à un coût compétitif;
  • un réseau de distribution électrique fiable et robuste;
  • de la biomasse résiduelle diversifiée et répartie sur le territoire;
  • des centres de recherche et de développement avec un savoir-faire reconnu et une collaboration entre les chercheurs et les industriels;
  • des politiques favorables à la réalisation de projets.

De plus, le Québec est déjà actif dans les domaines de l’hydrogène et des bioénergies :

  • Le Québec a une expertise reconnue en recherche et développement sur l’hydrogène.
    L’amélioration des technologies des électrolyseurs et les faibles coûts de l’électricité renouvelable permettent d’envisager au Québec une filière de production d’hydrogène vert rentable et concurrentielle.
  • Les bioénergies représentaient 8 % de l’énergie consommée au Québec en 2019.
    Le Québec a prévu d’en augmenter la production de 50 % d’ici à 2030. Selon une étude menée en 2021, la biomasse résiduelle de source forestière, agricole, municipale, commerciale et industrielle disponible ici sera suffisante pour envisager une telle croissance.

Des énergies renouvelables à découvrir

Ces énergies renouvelables, produites sous différentes formes (liquide, solide ou gazeuse), peuvent remplacer avantageusement l’utilisation des énergies fossiles, en particulier dans les secteurs où la conversion à l’électricité n’est pas techniquement envisageable.

Définir un cadre propice au développement

La Stratégie québécoise sur l’hydrogène vert et les bioénergies 2030 a pour but de créer un encadrement propice et des conditions favorables au développement des filières de l’hydrogène et des bioénergies.

Cinq principes directeurs

La Stratégie s’articulera autour de cinq principes directeurs :

  • Contribuer à la décarbonation du Québec en misant sur la complémentarité des deux filières avec la réduction de la consommation (sobriété et efficacité énergétiques) et l’électrification directe;
  • Valoriser durablement les ressources naturelles et des matières résiduelles en inscrivant les principes de l’économie circulaire et l’analyse du cycle de vie au cœur des projets d’hydrogène vert et de bioénergies; 
  • Favoriser la collaboration et la participation des communautés régionales, locales et autochtones au déploiement des filières de l’hydrogène vert et des bioénergies;
  • Attirer les investissements et exporter le savoir-faire du Québec
  • Contribuer à l’autonomie énergétique du Québec en substituant des énergies renouvelables produites ici aux énergies fossiles importées.

Des défis à relever

Les filières de l’hydrogène vert et des bioénergies partagent des défis communs :

  • assurer l’utilisation optimale des ressources naturelles et énergétiques du Québec;
  • combler les écarts de prix actuels et améliorer leur compétitivité par rapport au coût des énergies fossiles;
  • accroître les maillages entre les acteurs de l’industrie, du gouvernement et de la recherche;
  • accélérer le développement et le transfert technologique vers le milieu industriel.

Les priorités d'action

La stratégie de développement de ces filières reposera sur une utilisation judicieuse des ressources disponibles et de l’électricité renouvelable, en vue d’en assurer leur pérennité. Les projets devront maximiser les retombées économiques, sociales et environnementales au Québec.

La Stratégie contient des orientations claires destinées aux partenaires d’affaires, avec des critères à prendre en considération dans l’évaluation d’un projet :

  • la pertinence du projet par rapport à l’électrification directe, soutenue par une vision sans regrets en vue de prioriser les utilisations dans une approche avisée;
  • la contribution en matière de transition énergétique et de réduction des émissions de GES sur le territoire québécois pouvant découler de ces projets ainsi que le délai dans lequel ces effets se concrétiseront;
  • le niveau des investissements requis et les retombées économiques prévues, particulièrement en région;
  • l’effet structurant du projet sur la chaîne de valeur (par exemple, la stimulation de la demande dans des créneaux actuels ou nouveaux, le développement de l’expertise québécoise et de l’innovation, la consolidation d’une base manufacturière locale ou encore la création d’une complémentarité technologique);
  • la faisabilité technique (maturité des technologies et infrastructures nécessaires), le volume de marché, le potentiel à long terme de l’utilisation et la durée pour laquelle le soutien financier de l’État serait requis.

Une feuille de route détaillée

Les mesures qui seront mises en œuvre pour concrétiser la Stratégie sont détaillées dans la Feuille de route sur l’hydrogène vert et les bioénergies, qui se trouve en annexe de la Stratégie.

Cette feuille de route sera mise à jour tous les cinq ans, de manière à assurer son évolution en fonction du contexte énergétique, économique et technologique québécois.

Cet outil fait partie du Plan directeur en transition, innovation et efficacité énergétiques du Québec Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.. Certaines mesures sont aussi présentes dans le Plan de mise en œuvre du Plan pour une économie verte 2030. C’est pourquoi le suivi, l’évaluation et la reddition de comptes de la Stratégie se feront dans le cadre des mécanismes du Plan directeur et du Plan pour une économie verte.

Travaux en cours

Écosystèmes énergétiques régionaux — Appel d’intérêt

Les producteurs, les distributeurs et les consommateurs d’hydrogène et de bioénergies sont invités à manifester leur intérêt pour la création d’écosystèmes énergétiques régionaux. L’appel d’intérêt s’est terminé le 30 septembre 2022. L’appel d’intérêt sera suivi d’un appel de projets qui sera lancé prochainement.

Documents

Consultez la Stratégie pour en apprendre davantage.

Dernière mise à jour : 24 novembre 2022

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec