Si vous présentez de la fièvre ou tout autre symptôme de la COVID‑19, ou si vous avez reçu une consigne d’isolement de la Santé publique en raison de la COVID‑19, vous devrez reporter la vaccination.

Les personnes âgées de 16 ans et plus peuvent être vaccinées contre la COVID‑19, à moins de contre-indications. Les études se poursuivent pour autoriser la vaccination chez les personnes âgées de moins de 16 ans.

La vaccination est recommandée en priorité aux personnes qui courent un risque plus élevé de complications à cause de la COVID‑19, notamment les personnes âgées de 70 ans et plus qui vivent en CHSLD. Pour en savoir plus, consultez Priorisation des groupes à vacciner.

Lorsqu’une personne reçoit le vaccin contre la COVID‑19, le corps prépare sa défense contre le virus. Une réaction immunitaire naturelle se produit qui permet de neutraliser le virus en produisant des anticorps et d’autres cellules de défense.

Ces vaccins ne protègent pas contre le rhume et les infections respiratoires causées par d’autres virus, comme la grippe.

Objectifs de la vaccination

La vaccination contre la COVID‑19 a pour but principal de réduire les hospitalisations et les décès liés à la COVID‑19 chez les personnes les plus à risque.

La vaccination devrait également contribuer à maintenir les activités des services de santé et des services sociaux et de reprendre dès que possible une vie normale.

De nombreuses études réalisées au Québec et ailleurs ont démontré la grande efficacité de la vaccination pour prévenir la COVID‑19, les hospitalisations et les décès aussi bien après une première dose qu’après 2 doses.

Les études sont en cours pour savoir si les personnes vaccinées ne transmettent plus l’infection et si les mesures de protection habituelles (distanciation physique, port du masque et lavage des mains) peuvent être assouplies.

Description des vaccins

Deux types de vaccins sont actuellement disponibles au Québec:

Où vous faire vacciner

Consultez la page Campagne de vaccination contre la COVID-19 pour connaître la procédure pour se faire vacciner.

La vaccination contre la COVID‑19 est gratuite et est effectuée uniquement par le Programme québécois d’immunisation. Il n'est pas possible de se procurer des doses sur le marché privé.

Toute communication électronique ou téléphonique proposant un vaccin contre la COVID‑19 moyennant des frais est frauduleuse. Si vous pensez avoir été victime d'une communication frauduleuse, veuillez en informer le Centre antifraude du Canada Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

Développement des vaccins

Des efforts antérieurs, notamment lors de l’épidémie de SRAS en 2003, ont permis l’avancement de la recherche sur les vaccins contre les coronavirus et le développement plus accéléré de ceux contre la COVID‑19.

Actuellement, près d’une cinquantaine de vaccins contre la COVID‑19 sont étudiés dans des essais cliniques partout dans le monde. Il s’agit d’un effort scientifique sans précédent. Pour favoriser un développement rapide des vaccins et respecter toutes les exigences réglementaires, des ressources humaines et financières considérables ont été investies.

Les autorités de santé publique et réglementaires de plusieurs pays, dont le Canada, travaillent activement pour s’assurer que des vaccins sécuritaires et efficaces contre la COVID‑19 soient disponibles le plus rapidement possible.

Consultez la page Processus de développement d’un vaccin pour en savoir plus sur les étapes nécessaires pour fabriquer un vaccin.

Différents types de vaccins contre la COVID‑19 sont étudiés :

Vaccins à ARN

Ces vaccins contiennent un brin d’ARN d’une des protéines présentes à la surface du virus SRAS‑CoV‑2, responsable de la COVID‑19. Ce brin d’ARN sert de « recette » au système immunitaire pour produire la protéine. Comme l’ARN est fragile, il est inséré dans une boule de graisse protectrice qui lui permet de pénétrer dans l’organisme et de conserver sa forme jusqu’à ce qu’il entre dans les cellules humaines. Une fois entré, il fournit la recette aux cellules afin qu’elles produisent la protéine. Ensuite, le système immunitaire produira des anticorps en réaction à la présence de cette protéine qu’il reconnait comme étant un virus.

Ces vaccins sont très purs et ne contiennent ni antibiotique ni agent de conservation. Le fragment d’ARN se dégrade rapidement suivant l’injection du vaccin. Il n’y a aucun risque que cet ARN modifie nos gènes.

Vaccins à vecteurs viraux

Ces vaccins utilisent des virus modifiés génétiquement, inoffensifs pour l’humain, pour produire la protéine S.

Vaccins à base de protéines

Ces vaccins contiennent des fragments non infectieux de protéines ou d’enveloppe de protéines qui imitent l’enveloppe du virus. Certains contiennent une substance auxiliaire, appelée adjuvant, qui contribue à une réponse immunitaire plus robuste et de plus longue durée.

Sécurité des vaccins

Les vaccins contre la COVID‑19 approuvés par Santé Canada sont sécuritaires. Ils ont fait l’objet d’études de qualité portant sur un grand nombre de personnes et ont franchi toutes les étapes nécessaires avant d’être approuvés.

Ainsi, les vaccins contre la COVID‑19 sont soumis aux mêmes normes de qualité et de sécurité que tout autre vaccin utilisé au Canada.

La sécurité des vaccins continue d’être surveillée après l’autorisation de commercialisation. Cela permet de détecter des réactions indésirables très rares, le cas échéant. Le Canada et le Québec disposent d’un système très complet pour assurer la sécurité des vaccins après leur mise en marché. Chaque signalement d’effet indésirable inhabituel est examiné par des experts afin d’identifier rapidement tout problème de sécurité.

Pour chaque vaccin contre la COVID‑19 offert au Québec, 30 000 personnes sont recrutées et suivies pour documenter les effets secondaires assez graves pour entraîner une consultation médicale dans les 7 jours suivant la vaccination. Toutes les situations signalées seront étudiées. La fréquence des effets secondaires sera comparée entre les personnes vaccinées et les non-vaccinées ainsi qu’avec leur fréquence dans les trois années précédant la vaccination.

Dans le cadre de cette étude, votre adresse courriel est demandée à la prise de rendez-vous pour la vaccination. Si vous êtes sélectionné pour y participer, vous recevrez un courriel de la part de enquete-vaccincovid@canvas-covid.ca ou de infovaccination-fmss@canvas-covid.ca pour répondre à un sondage portant sur la surveillance des manifestations cliniques inhabituelles survenant après la vaccination contre la COVID-19.

Des millions de personnes ont maintenant été vaccinées sans que des effets indésirables sérieux n’aient été attribués à la vaccination, à part de rares cas d’allergie qui ont bien répondu au traitement. Ce type de réaction se retrouve avec tous les vaccins.

Des événements indésirables survenus à la suite de l’administration de deux lots de vaccin contre la COVID-19 d’AstraZeneca ont été déclarés en Europe. L’Agence européenne des médicaments (EMA) évalue actuellement le lien potentiel entre le vaccin contre la COVID-19 d’AstraZeneca et ces événements. L’EMA considère toujours que ce produit est sûr et efficace.

À l’heure actuelle, un cas de thrombose avec thrombocytopénie reliée à la vaccination par un vaccin Covishield a été observé au Québec. La surveillance se poursuit.

Par mesure de précaution, l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca (Covishield) est actuellement suspendue chez les personnes de moins de 55 ans jusqu’à ce que les évaluations des experts soient terminées.

Bien que des effets secondaires puissent se produire peu après l’administration d’un vaccin, cela ne veut pas dire qu’ils sont causés par le vaccin.

Il n’est pas possible de choisir le vaccin qui vous sera administré. Celui-ci sera déterminé en fonction des doses disponibles, de la recommandation des experts et de l’évaluation clinique au moment de la vaccination. Si vous avez des inquiétudes face au vaccin qui vous est proposé, discutez-en avec le professionnel de la santé chargé de faire votre évaluation à votre arrivée sur le site de la vaccination. Vous pourrez ensuite prendre une décision éclairée.

Il est important de vous faire vacciner lorsque votre tour viendra. L’ensemble des vaccins disponibles offre une bonne protection contre les hospitalisations et les décès liés à la COVID-19.

Pour en savoir plus sur les étapes d’évaluation des vaccins par Santé Canada, consultez la page Réglementation des vaccins à usage humain au Canada Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. dans le site Web du gouvernement du Canada.

Les vaccins contre la COVID-19 sont-ils sécuritaires?

Efficacité des vaccins

L’ensemble des vaccins disponibles protègent à plus de 80 % contre les formes graves de la COVID‑19 empêchant ainsi les hospitalisations et les décès.

Dans les études, les vaccins à base d’ARN et de vecteurs viraux ont produit une bonne réponse immunitaire contre la COVID‑19, et ce, même chez les personnes âgées.

Pour plus de détails sur l’efficacité des différents vaccins, consultez Vaccin à ARN messager contre la COVID‑19 ou Vaccin à vecteur viral contre la COVID‑19.

Administration de la 2e dose

Le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) recommande d’offrir une 1re dose au plus grand nombre de personnes appartenant aux six premiers groupes prioritaires avant l’administration de la 2e dose, afin de protéger rapidement le plus de personnes possible.

Comme la transmission de la COVID‑19 dans la population est encore importante, tout retard à vacciner certains groupes très vulnérables entraînerait de nombreux décès et hospitalisations. De plus, des quantités limitées de ces vaccins sont actuellement disponibles.

Des études ont démontré une grande efficacité à réduire la forme grave de la COVID‑19 après une seule dose, et ce, autant chez les personnes âgées (ex. : 80 ans et plus) que chez les personnes plus jeunes (ex. : travailleurs de la santé). Pour d’autres vaccins nécessitant plusieurs doses, la réponse immunitaire est généralement meilleure lorsque les doses ne sont pas trop rapprochées. Pour les vaccins en général, la réponse est habituellement meilleure lorsque l’intervalle est plus grand entre la 1re et la 2e dose. Les études sur les vaccins contre la COVID‑19 se poursuivent, mais il est raisonnable de croire que les vaccins contre la COVID‑19 agissent de la même façon.

La 2e dose est quand même utile. Elle permettra d’offrir une protection optimale à plus long terme. L’administration de la 2e dose est importante et devra être offerte à tous. Le directeur national de la santé publique dans le cadre de la campagne de vaccination recommande 16 semaines entre les doses.

Puisque le vaccin a démontré une efficacité élevée dès la 1re dose, le fait de reporter la 2e dose n’augmenterait pas le risque d’avoir des variants du virus SRAS‑CoV‑2, qui cause la COVID‑19. Plus il y a de personnes vaccinées, plus le risque de voir apparaître des variants du virus SRAS‑CoV‑2 diminue. Le risque de mutations est augmenté lorsqu’un nombre élevé de personnes sont infectées. Les données d’efficacité de ces vaccins contre les variants sont suivies de près, autant au Québec qu’ailleurs dans le monde.

Les consignes sanitaires doivent continuer d’être observées rigoureusement chez les personnes vaccinées.

Vaccination des personnes qui ont eu la COVID-19

Pour les personnes qui ont eu la COVID-19, une seule dose de vaccin est nécessaire. L’infection permet d’amorcer la réponse du système immunitaire comme le fait une 1re dose de vaccin. La dose de vaccin chez une personne qui a eu la COVID-19 sert donc d’effet de rappel comme le fait une 2e dose de vaccin.

Mentionnons qu’il n’y a pas de danger à administrer deux doses de vaccin à quelqu’un qui a eu la COVID-19, mais le risque d’avoir des réactions indésirables est plus élevé. De plus, la 2e dose n’apporte aucune protection supplémentaire pour ces personnes.

Pour les personnes ayant un système immunitaire affaibli ou qui ont eu la COVID-19 au moment de la 1re dose ou dans les jours suivant la vaccination, deux doses sont nécessaires.

Impacts des variants

Les variants sont un phénomène naturel qui arrive lorsque le virus se multiplie et subit des mutations. La plupart des mutations sont sans conséquence. Un nouveau variant n’est pas nécessairement plus dangereux que le virus ne l’était avant la mutation.

Il peut arriver qu’une mutation change un virus au point de le rendre méconnaissable pour le système immunitaire et rendre moins efficace le vaccin qui le combat.

En ce moment, les connaissances sur les variants ne remettent pas en cause la nécessité de se faire vacciner le plus rapidement possible. Les vaccins disponibles restent efficaces contre les différents variants connus.

Conditions de report de la vaccination

Si vous présentez de la fièvre ou tout autre symptôme de la COVID-19 ou si vous avez reçu une consigne d’isolement de la santé publique en raison de la COVID-19, vous devrez reporter la vaccination.

Symptômes après la vaccination

Vaccination contre la COVID-19 - Langue des signes québécoise (LSQ)