1. Accueil  
  2. Santé  
  3. Médicaments  
  4. Usage des médicaments opioïdes en contexte de douleur chronique

Usage des médicaments opioïdes en contexte de douleur chronique

Avis général

Cette page traite des médicaments opioïdes prescrits par un médecin et distribués par un pharmacien.

Précision sur les opioïdes

Il est important de différencier les médicaments opioïdes prescrits par un médecin des opioïdes disponibles sur le marché noir.

La prise de médicaments opioïdes prescrits par un médecin est nécessaire pour soulager certaines personnes qui souffrent de douleur chronique. Elle est encadrée par un professionnel de la santé et fait l’objet de suivis réguliers et rigoureux.

Description

Les médicaments opioïdes sont utilisés chez certaines personnes et dans certaines circonstances pour diminuer la douleur chronique moyenne à sévère. Ils agissent dans le cerveau pour contrôler la douleur. Lorsqu’ils sont utilisés comme prescrits par le médecin et sous les conseils d’un pharmacien, ils ont des effets bénéfiques sur la qualité de vie des gens qui souffrent de douleur chronique.

Il existe différents médicaments opioïdes, dont :

  • Morphine
  • Codéine
  • Hydromorphone
  • Oxycodone
  • Hydrocodone
  • Tramadol
  • Tapentadol
  • Fentanyl
  • Buprénorphine
  • Méthadone, etc.

Utilisation sécuritaire des médicaments opioïdes

La durée du traitement, la dose et la fréquence à laquelle prendre le médicament varient d’une personne à l’autre. Votre médecin déterminera le meilleur traitement pour vous.

Il est indispensable de suivre rigoureusement les recommandations de votre médecin ou de votre pharmacien. Un mauvais usage des opioïdes entraîne des risques importants pour la santé.

Conseils généraux

Entreposage des médicaments opioïdes

Gardez vos médicaments opioïdes dans leur emballage d’origine. Rangez-les de manière sécuritaire, idéalement dans un endroit verrouillé, hors de la vue et de la portée des enfants et des animaux.

Partage des médicaments

Ne partagez jamais vos médicaments opioïdes avec d’autres personnes. Ils pourraient être dangereux pour elles.

Respect des indications des professionnels de la santé

Respectez toujours les doses et les délais prescrits par votre médecin. De plus, ne modifiez pas la forme du médicament (par exemple, n’écrasez pas les comprimés).

Oubli d’une dose

Si vous oubliez de prendre une dose de votre médicament opioïde, ne doublez pas la dose suivante. Consultez votre pharmacien ou appelez Info-Santé 811 pour savoir quoi faire dans un tel cas.

Grossesse et allaitement

Si vous êtes enceinte, que vous essayez de devenir enceinte ou que vous allaitez, discutez-en avec votre médecin.

Effets indésirables

Les médicaments opioïdes peuvent causer des effets indésirables. Ceux-ci diminuent généralement avec le temps.

Si les effets indésirables de vos médicaments deviennent trop dérangeants et vous empêchent de fonctionner normalement, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien. Ils pourraient modifier votre médication ou votre dose afin que vous n’éprouviez plus ces effets indésirables. Ils peuvent aussi vous aider à les gérer.

Effets indésirables à court terme et fréquents

Les effets indésirables qui apparaissent rapidement et qui sont les plus fréquents sont :

  • Mal de cœur, vomissements
  • Constipation
  • Bouche sèche
  • Sueurs
  • Somnolence (envie de dormir)
  • Étourdissements
  • Confusion (être mêlé)
  • Démangeaisons (avoir envie de se gratter)

Effets indésirables à long terme

D’autres effets indésirables peuvent apparaitre si vous prenez des médicaments opioïdes pendant une longue période.

  • Problèmes hormonaux (hypogonadisme)
    L’hypogonadisme est une diminution des hormones sexuelles. Plusieurs symptômes y sont liés, par exemple, la fatigue ou une baisse de la libido.
  • Hypersensibilité aux stimulus (hyperalgésie)
    Votre corps réagit de façon exagérée aux sensations qui ne devraient pas être douloureuses. Vous pouvez ressentir des douleurs un peu partout.
  • Apnée du sommeil et dépression respiratoire
    Les médicaments opioïdes peuvent diminuer la fréquence et le rythme de la respiration. Ils peuvent également causer des pauses respiratoires pendant le sommeil (apnée du sommeil).

Si vous prenez des opioïdes depuis longtemps et que vous pensez ressentir certains de ces effets indésirables, parlez-en avec votre médecin.

Risques associés à la prise chronique de médicaments opioïdes

Lorsque vous prenez des médicaments opioïdes à long terme, il se peut que votre corps développe de la tolérance, de la dépendance physique ou psychologique.

Tolérance

Certains patients peuvent développer de la tolérance aux opioïdes, c’est-à-dire qu’ils ont besoin d’une dose plus forte pour obtenir le même effet analgésique (antidouleur). Si tel est votre cas, consultez votre équipe soignante.

Dépendance physique

Le corps s’habitue à une certaine dose d’opioïdes quotidienne. Arrêter ou diminuer rapidement une dose d’opioïdes peut entraîner des symptômes de sevrage désagréables. C’est la dépendance physique. Cela ne signifie pas que le patient est dépendant ou qu’il prend mal ses médicaments. Dans la situation où le patient décide de cesser sa prise d’opioïdes, il lui est conseillé de consulter son équipe soignante. Une diminution progressive des doses de médicaments est recommandée.

Dépendance psychologique et mauvais usage

Le mauvais usage et la dépendance psychologique arrivent lorsque le patient adopte un ou plusieurs des comportements suivants :

  • Il ne prend pas ses médicaments pour la raison pour laquelle ils lui ont été prescrits.
  • Il ne respecte pas la posologie, c’est-à-dire le nombre de médicaments qu’il doit prendre ainsi que le délai entre chaque prise.
  • Il ne contrôle plus sa prise de médicaments adéquatement.

Si vous avez l’impression que vous ne prenez plus vos médicaments pour la raison pour laquelle ils vous ont été prescrits ou que vous n’arrivez plus à respecter votre posologie, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien.

Surdoses et conduite à tenir

Les surdoses se produisent lorsqu’une personne prend une quantité d’opioïdes plus grande que ce que son corps est capable de traiter. Les surdoses d’opioïdes représentent un risque réel associé à la prise de médicaments opioïdes. Les surdoses n’arrivent pas uniquement chez les personnes ayant un trouble de la consommation des opioïdes. Afin de les prévenir, il faut suivre les doses prescrites et les règles de prise sécuritaire de médicaments opioïdes indiquées par votre médecin.

Il est très important que votre entourage soit capable de reconnaître les signes de surdose et qu’il connaisse la marche à suivre en cas de surdose.

Solutions alternatives de gestion de la douleur

Bien que les médicaments opioïdes puissent être efficaces pour gérer la douleur, d’autres méthodes, non médicamenteuses, peuvent également vous aider.

La physiothérapie, la psychothérapie, l’acupuncture, les massages, l’application de la chaleur ou du froid, les groupes de soutien, les activités de relaxation, comme le yoga et la méditation pleine conscience, l’activité physique ainsi que la pratique de vos loisirs sont toutes des méthodes permettant d’améliorer la gestion de votre douleur.

Le site Gérer ma douleur Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. vous fournira un grand nombre d’informations à ce sujet.

Arrêt de la prise de médicaments opioïdes

Il est important de consulter votre médecin ou votre pharmacien avant d’arrêter de prendre un médicament opioïde.

L’arrêt des médicaments opioïdes peut s’accompagner de symptômes de sevrage. Votre médecin et vous pourrez établir un plan afin d’arrêter vos médicaments opioïdes. Diminuer graduellement les doses permet d’avoir moins de symptômes de sevrage. Votre médecin peut également suggérer des traitements non pharmacologiques ou, au besoin, prescrire des médicaments non opioïdes pour diminuer les symptômes de sevrage. Le pharmacien peut également aider lors du processus.

Les symptômes de sevrage incluent nausées (mal de cœur), sueurs froides, frissons, maux de tête, fatigue, stress, vomissements, difficulté à dormir, diarrhée, maux de ventre et nez qui coule. Il est également possible de ressentir une augmentation de la douleur initiale ainsi que des douleurs musculaires et articulaires additionnelles. Ces symptômes débutent de 6 à 36 heures après la prise de la dernière dose d’opioïdes. Ils diminuent après 3 à 7 jours et disparaissent par la suite.

Si vous arrêtez brusquement de prendre ce médicament, ces symptômes pourraient être plus sévères et durer plus longtemps. Ils causent rarement la mort.

Médicaments restants

Consultez la page Élimination sécuritaire des médicaments périmés ou inutilisés pour obtenir des informations.

Liens utiles

Info-Santé 811 : service de consultation téléphonique avec une infirmière. Gratuit et confidentiel.

911 : numéro à composer en cas d’urgence, lors d’une surdose, par exemple.

Aidedrogue.ca Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. ou 1 800 265-2626 : service d’aide et de référence. Si votre consommation d’opioïdes ou celle d’un proche vous préoccupe.

Gérermadouleur.ca Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. : ressources éducatives pour les patients, les proches aidants et les professionnels de la santé.

Association québécoise de la douleur chronique Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. : information, soutien et outils pour les personnes atteintes de douleur chronique et sensibilisation de la population en général.

1 855 DOULEUR ou 1 855 368-5387 : ligne d’entraide pour les personnes souffrant de douleur chronique.

Avis général

Cette page Web a été créée en collaboration avec la Chaire de leadership en enseignement sur la douleur chronique‒MEDISCA de l’Université Laval, en tenant compte de la plus récente littérature et d’avis d’experts en douleur chronique.

Dernière mise à jour : 25 octobre 2022

Avis

L’information contenue sur le site ne remplace en aucun cas l’avis d’une ressource professionnelle de la santé. Si vous avez des questions concernant votre état de santé, consultez une ressource professionnelle.

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec