Description

Au Québec, près de 300 personnes reçoivent un diagnostic de cancer des tissus mous ou osseux (sarcomes musculosquelettiques) chaque année. Les sarcomes musculosquelettiques représentent environ 1 % de tous les cancers nouvellement diagnostiqués chez l’adulte et environ 15 % des tumeurs malignes chez l’enfant.

Les sarcomes des tissus mous ou osseux sont des tumeurs malignes (cancéreuses) rares. Ils peuvent se situer, entre autres, dans les muscles, les os, la graisse (tissus adipeux) ou les nerfs. Un nom est attribué à chaque cancer en fonction du tissu formé par la tumeur.

Cancer des tissus mous

La majorité des sarcomes des tissus mous sont localisés dans les membres inférieurs ou supérieurs (60 % des cas). Ils peuvent aussi se trouver dans les cavités abdominale, thoracique ou rétropéritonéale et, plus rarement, dans la région de la tête et du cou.

Il existe plus de 50 sous-types de sarcomes des tissus mous. Les plus fréquents sont le sarcome pléomorphe, le liposarcome, le léiomyosarcome, le sarcome synovial et la tumeur maligne des gaines nerveuses périphériques.

Cancer des os

Les sarcomes osseux prennent naissance dans les cellules des os ou du cartilage. Le cancer des os, aussi appelé cancer primitif des os, est très rare chez les adultes âgés de plus de 40 ans. On l’observe plus souvent chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes.

Les sarcomes osseux les plus fréquemment diagnostiqués chez les jeunes sont l’ostéosarcome et le sarcome d’Ewing. Chez les adultes, ce sont le chondrosarcome, le sarcome pléomorphe indifférencié de l’os et l’ostéosarcome. Il existe d’autres types de sarcomes osseux, mais ils sont beaucoup plus rares.

D’autres types de cancer peuvent se propager aux os. Le cancer débute alors dans une autre partie du corps et s’étend aux os ou y forme des métastases. Les cancers du poumon, du sein, de la prostate, du rein ou de la thyroïde peuvent plus fréquemment avoir ce comportement. Il ne s’agit pas de la même maladie que le cancer primitif des os. Les métastases sont alors beaucoup plus fréquentes.

Symptômes

Le symptôme le plus fréquent d’un sarcome des tissus mous est l’apparition d’une masse ou d’une enflure. Elle peut être associée à une sensibilité locale et parfois à de la douleur à mesure que la masse grossit.

Dans le cas du sarcome des os, le symptôme le plus fréquent est la douleur, souvent plus vive la nuit.

Consulter un médecin

Si vous ressentez l’un des symptômes décrits précédemment depuis un certain temps, vous devriez consulter un médecin. Cependant, ces symptômes ne sont pas nécessairement causés par un cancer. Ils pourraient aussi être liés à d’autres problèmes de santé.

Détecter le cancer à un stade peu avancé augmente les chances de succès du traitement.

Traitements

La biopsie est cruciale pour la planification des traitements. Elle détermine le type histologique du sarcome. À la suite de l'analyse histologique et d’un bilan radiologique, le stade de la maladie est déterminé, c’est-à-dire son étendue. Plusieurs tests diagnostiques sont réalisés selon le type de sarcome. Ils incluent notamment une résonnance magnétique (IRM), une tomodensitométrie (scan) thoracique, une tomodensitométrie (scan) abdomino-pelvienne, une scintigraphie osseuse ou parfois une tomoscintigraphie par émission de positons (TEP scan).

Lorsqu’une personne reçoit un diagnostic de cancer des tissus mous ou osseux, une équipe spécialisée et multidisciplinaire établit un plan de traitement personnalisé avec elle. Ce plan de traitement peut varier selon différents éléments, comme le type de cancer, son stade et l'état de santé de la personne. Le plan de traitement tient aussi compte des désirs et des préoccupations de la personne atteinte et ceux de sa famille.

Les principaux traitements offerts aux personnes atteintes du cancer des tissus mous ou osseux sont :

  • la chirurgie;
  • la chimiothérapie;
  • la radiothérapie.

Dans certains cas, un seul de ces traitements est nécessaire. Dans d’autres cas, le médecin peut recommander une combinaison de deux de ces traitements, ou les trois.

Personnes à risque

Cancer des tissus mous

Le cancer des tissus mous peut apparaître à n’importe quel âge, mais il est plus fréquent chez des personnes âgées de plus de 50 ans.

Cancer des os

Le cancer primitif de l’os est plus souvent observé chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes, très rarement chez les adultes âgés de plus de 40 ans.

Nous ne savons pas exactement quelles sont les causes du sarcome. La plupart des personnes qui développent un sarcome n’ont pas de facteurs de risque. Nous savons cependant que certaines situations peuvent augmenter le risque de développer un sarcome :

  • être atteint d’une affection comme la maladie de Paget ou la neurofibromatose;
  • avoir été exposé à de fortes doses de radiation;
  • avoir été exposé de façon prolongée à des produits chimiques comme l’arsenic;
  • avoir certains troubles génétiques héréditaires rares.

Réseau de cancérologie des sarcomes musculosquelettiques

Il existe au Québec un réseau de cancérologie des sarcomes musculosquelettiques. Il assure une meilleure prise en charge des personnes atteintes de ce type de cancer. Ces personnes peuvent bénéficier d’un suivi coordonné et ont accès à une expertise de pointe. Le partage de connaissances permet de dépister plus rapidement cette maladie et de contribuer à sauver des vies grâce à un diagnostic précoce.

Le réseau a été créé par les trois centres de référence désignés, soit l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, le Centre universitaire de santé McGill et le CHU de Québec – Université Laval. Ces centres s’engagent à assurer à toute la population un accès rapide à des services de qualité en matière de sarcome.