Alimenter notre monde

La Politique bioalimentaire (PDF 4,04 Mo) marque un virage en plaçant les attentes des consommateurs et leur santé au coeur des priorités. Sa vision est de développer un secteur bioalimentaire prospère, durable et ancré sur le territoire. Un secteur qui est aussi engagé dans l’amélioration de la santé des Québécoises et des Québécois.

Cibles à atteindre

La Politique bioalimentaire comporte sept cibles qui touchent :

  • l’investissement;
  • le contenu québécois dans les produits alimentaires;
  • la superficie de la production biologique;
  • les exportations;
  • l’écocertification des produits aquatiques;
  • les pratiques d’affaires responsables;
  • la valeur nutritive des aliments transformés.

Orientations

Pour atteindre ses ambitions et ses cibles, la Politique s’articule autour de quatre orientations. Visionnez les vidéos :

Ces orientations se déclinent ensuite en 16 objectifs et 69 pistes de travail.

Pour une vue d'ensemble, consultez La Politique en un coup d'oeil (PDF 478 Ko) et la Synthèse des pistes de travail (PDF 491 Ko).

Mobilisation des partenaires du secteur

De portée gouvernementale, la Politique bioalimentaire est le résultat d’une démarche de coconstruction réalisée avec des partenaires de premier plan du secteur bioalimentaire.

Ces partenaires représentent les consommateurs et l’ensemble de la chaîne bioalimentaire (agriculture, pêches, transformation, distribution de gros, vente de détail, services alimentaires et restauration). Parmi eux se trouvent aussi les acteurs socioéconomiques comme les municipalités. Ils proviennent également des milieux de la santé, de l’environnement, de l’économie, de l’enseignement et de la recherche.

Consultations

Une démarche de consultation a été réalisée avant l’élaboration de la Politique. Elle comportait :

  • trois rencontres préparatoires qui plaçaient le consommateur au cœur des échanges;
  • le Sommet sur l’alimentation en novembre 2017;
  • des échanges avec les consommateurs sur une plateforme Web;
  • des rencontres avec des représentants de différentes filières (producteurs, transformateurs, distributeurs, fournisseurs, recherche).

Cette démarche a permis de dégager des constats. Ils ont servi à jeter les bases de la Politique bioalimentaire du Québec.

Priorité économique

Secteur stratégique

En plus de contribuer à la sécurité alimentaire, le secteur bioalimentaire procure de l’emploi à quelque 519 000 travailleurs, ce qui représente 1 emploi sur 8 au Québec. Plus de 131 000 de ces emplois se retrouvent dans les activités de production agricole, de pêches et de transformation.

Ce secteur est présent dans toutes les régions du Québec. Il y génère de fortes retombées économiques et représente un important levier de la vitalité des territoires. Sa contribution au PIB global de l’ensemble du Québec correspond à 30,9 G$ en 2018.

Plan économique du Québec

Le Plan économique du Québec prévoit des gestes importants en faveur du secteur bioalimentaire.

La Politique bioalimentaire bénéficie d’un cadre financier pluriannuel constitué des sommes annoncées dans les discours sur le budget de mars 2018 et 2019. À cela s’ajoutent les sommes provenant du Partenariat canadien pour l’agriculture 2018-2023, du Fonds des pêches 2019-2024 et de sommes accordées en vertu d’autres politiques gouvernementales.

Mise en œuvre

La mise en œuvre de la Politique repose sur une responsabilité partagée. Au total, plus d’une centaine de partenaires bioalimentaires, une vingtaine de ministères et organismes et des partenaires régionaux sont engagés. Leur mobilisation pour l’atteinte des cibles et des objectifs se traduit notamment dans le Plan d’action 2018-2023.

Un mécanisme de mise en œuvre (PDF 737 Ko) assure la collaboration et la participation de l’ensemble des partenaires du secteur bioalimentaire. Il favorise aussi une coordination accrue entre les ministères et les organismes du gouvernement.

Un secrétariat est en place au sein du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). Il assume la coordination et le suivi de la mise en œuvre de la Politique bioalimentaire.

Principaux outils du mécanisme de mise en œuvre

  • Rencontre annuelle des partenaires;
  • Plan d’action pluriannuel et des feuilles de route pour préciser les actions ou les mesures prévues par les partenaires;
  • Coordination interministérielle pour associer les ministères et organismes concernés dans la mise en œuvre;
  • Collaboration avec le gouvernement fédéral de façon à agir en complémentarité;
  • Processus d’examen des lois et des règlements qui encadrent le secteur bioalimentaire;
  • Cadre financier pluriannuel établi lors de la planification budgétaire du gouvernement;
  • Révision quinquennale de la Politique pour en assurer l’actualisation et la pérennité.