Au Québec, les amateurs ont le privilège de profiter d’une belle qualité de pêche sur une grande diversité d’espèces de poissons. En tant que pêcheur responsable, vous pouvez contribuer à la saine gestion des populations et à la préservation de l’environnement en adoptant et en partageant de bonnes pratiques. C’est ce qu’on appelle l’éthique du pêcheur!

Remise à l’eau du poisson

La remise à l’eau obligatoire du poisson est parfois nécessaire pour vous conformer à la réglementation. Or, elle peut aussi être volontaire, une pratique qui gagne d’ailleurs en popularité chez les pêcheurs responsables.

Qu’elle soit obligatoire ou volontaire, une remise à l’eau réalisée adéquatement a plusieurs bienfaits sur les populations de poissons, par exemples : 

  • permettre au poisson de grandir et de se reproduire;  
  • améliorer et maintenir l’état des populations;
  • préserver une belle qualité de pêche.

Même si le poisson que vous remettez à l’eau vous semble vigoureux, les conséquences du stress et des blessures liées à sa capture peuvent affecter sa croissance, son alimentation et sa reproduction à long terme. C’est pourquoi il est primordial de limiter le nombre de poissons remis à l’eau et de toujours le faire convenablement. 

De plus, toutes les espèces méritent d’être traitées de la même façon, même les moins séduisantes.

Voir tous nos conseils pour une remise à l’eau réussie!

Déclaration des prises dans les territoires fauniques

La compilation des résultats de pêche est l’un des meilleurs outils de gestion de la faune aquatique. Ces données permettent de suivre la quantité de poissons prélevés pour ainsi respecter la productivité naturelle des plans d’eau et conserver une belle qualité de pêche. Il est de la responsabilité du pêcheur de déclarer les résultats de sa pêche de façon complète et précise. 

Les informations généralement demandées sur un territoire faunique sont :

  • l’effort de pêche pour chaque plan d’eau sur lequel vous avez pêché (nombre de pêcheur multiplié par le nombre de jours où vous avez pêché);
  • le  nombre de poissons capturés et conservés, par espèce et par plan d’eau;
  • le poids des poissons conservés, par espèce et par plan d’eau;
  • dans certains cas, le nombre de poissons remis à l’eau.

Ces informations sont importantes à déclarer, même si vous n’avez rien capturé, afin de s’assurer qu’un suivi rigoureux est fait. Consultez le dépliant Déclarer les résultats de sa pêche : un geste qui compte! (PDF 1.62 Mo) pour en savoir plus.

Introduction d’espèces

L’introduction d’une nouvelle espèce dans un plan d’eau, qu’elle soit exotique ou indigène au Québec, entrainent des impacts importants sur cette richesse faunique, l’environnement et la pratique de nos activités.

Il est donc interdit d’introduire une espèce dans un plan d’eau où elle n’est pas présente naturellement, que ce soit de façon accidentelle (ex. poissons appâts) ou délibérée (ensemencement). Ces nouvelles espèces coloniseront plusieurs plans d’eau et la compétition potentielle avec les espèces indigènes risque de faire diminuer la qualité de la pêche. Il y a également un risque de voir apparaître des maladies ou des parasites qui pourraient nuire à tout l’écosystème. Il vaut toujours mieux se déplacer vers les espèces convoitées que de les apporter avec soi!

Si vous croyez être en présence d’une espèce aquatique envahissante ou d’une nouvelle espèce dans un plan d’eau, contactez un bureau régional du ministère de l'Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs.

Nettoyage des embarcations et de l’équipement

Vous utilisez votre propre embarcation pour pêcher? Un simple nettoyage de celle-ci et des équipements de pêche (ex. cordages, cannes ou glacières) et ceux liés à l’embarcation (ex. écope) avant votre prochaine sortie contribue à prévenir l’introduction et la propagation d’espèces exotiques envahissantes dans un autre plan d’eau.

Respect de l’environnement

La pêche sportive permet de se retrouver en nature et de se reconnecter avec l’environnement. Pour en préserver le charme, le lieu de pêche doit demeurer propre et intact.

Gestion des déchets

Peu importe l’endroit où vous pêcher, assurez-vous de n’y laisser aucun déchet après votre passage.

Vous devez nettoyer et vider vos prises directement sur votre emplacement de pêche? Sachez qu’il est permis de jeter les viscères dans le plan d’eau à la condition que ce ne soit pas dans le but d’attirer d’autres poissons.

Il est par ailleurs interdit de :

  • laisser ou de déposer des déchets issus de poissons ou d’animaux marins sur la rive, la grève ou le bord d’un plan d’eau;
  • laisser du poisson pourrir, peu importe l’espèce.

Protection des milieux sensibles

L’habitat du poisson bénéficie d’une protection légale, notamment en vertu du Règlement sur les habitats fauniques. Une fois protégé par ce règlement, aucune activité susceptible de modifier un élément biologique, physique ou chimique propre à cet habitat faunique ne peut s’y effectuer sans avoir obtenu les autorisations requises. Les lacs, les rivières, les marais et les marécages peuvent ainsi être protégés et ce, jusqu’à la ligne naturelle des hautes eaux.

En tant que pêcheur responsable, vous avez donc la responsabilité de toujours laisser votre lieu de pêche exactement dans le même état qu’il était avant votre passage.

Concrètement, dans tous plans d’eau (y compris les marais, les plaines d’inondation et les marécages), vous ne devez en aucun cas :

  • circuler sur le littoral avec un véhicule motorisé;
  • déverser de l’huile, de l’essence ou tout autre déchet ou substance toxique;
  • construire un barrage qui, en plus d’empêcher la libre circulation du poisson, modifie son habitat;
  • prélever ou déposer du gravier ou des roches dans le fond du plan d’eau.

Si vous êtes témoin de tels actes, rapportez les à un agent de protection de la faune en communiquant avec SOS Braconnage – Urgence faune sauvage Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

Accessibilité et partage du territoire

Bien qu’en vertu de la loi, pêcher soit un droit, vous ne bénéficiez pas pour autant d’une exclusivité ou d’une priorité d’utilisation du territoire public au détriment des autres amateurs de plein air. Vous ne pouvez pas non plus circuler sur un terrain privé sans l’autorisation du propriétaire, même si c’est pour accéder à un plan d’eau public.

Le partage du territoire par les utilisateurs doit se faire dans un esprit de cohabitation harmonieuse et de comportement éthique. De plus, certains territoires particuliers nécessitent un droit d’accès. Des règles supplémentaires peuvent y être appliquées pour la pratique de la pêche sportive.

Être bien préparé

Avant toute expédition de pêche, que celle-ci soit de courte ou de longue durée, il est essentiel de s’informer sur la réglementation en vigueur. La section Nouveautés vous informe des principaux changements apportés à la réglementation de pêche pour l’année en cours. 

Il est également essentiel de savoir identifier les principales espèces de poissons du Québec Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. que vous êtes susceptibles de capturer. 

Soyez attentif aux espèces menacées, vulnérables ou susceptibles de l’être. Si vous croyez être en présence de l’une d’elle, signalez-le-nous.