Logo du gouvernement du Québec. Logo du gouvernement du Québec.

Vie en établissement de détention

Lorsqu’une personne est admise dans un établissement de détention, un agent des services correctionnels procède à l'évaluation de son état physique et mental ainsi que de ses besoins immédiats. L’agent lui attribue ensuite un secteur de l’établissement, en se basant sur les principaux critères suivants :

  • Comportement;
  • Capacité de la personne à respecter les lois et règlements;
  • Dossier correctionnel et judiciaire;
  • Présence d’un problème de santé mentale;
  • Motivation et volonté de la personne d’utiliser les ressources disponibles pour régler ses difficultés.

Le choix du secteur relève de la direction de l’établissement. La personne incarcérée doit s'y conformer.

Régime de vie

Au début de sa peine d’emprisonnement, la personne incarcérée est invitée à lire un document appelé Régime de vie, qui rassemble tous les renseignements nécessaires pour s’adapter à la vie en détention et établir de bonnes relations avec les autres personnes incarcérées et le personnel. Le régime de vie comprend notamment :

Les règles de l’établissement de détention

Par exemple, l’interdiction de :

  • Fabriquer ou consommer des boissons alcoolisées ou frelatées;
  • Fumer à l’intérieur et à l’extérieur de l’établissement;
  • Accumuler de la nourriture en provenance de la cuisine;
  • Apporter des transformations à la cellule;
  • Posséder des biens non autorisés (ex. : médicaments non prescrits, consoles de jeux électroniques, ordinateurs, téléphones cellulaires, photographies à caractère pornographique).

En cas de manquement aux règlements ou de mauvaise conduite, un rapport disciplinaire pourra être produit. Dans un tel cas, un comité de discipline rencontrera la personne incarcérée et étudiera le rapport de manquement, rendra une décision et, s'il y a lieu, décidera de la sanction à imposer.

Une plainte aux policiers pourra être aussi être portée contre la personne incarcérée si le manquement constitue une infraction criminelle, par exemple des voies de fait graves ou un vol.

Les obligations de la personne incarcérée

Par exemple :

  • Respecter l’horaire de son secteur d’hébergement (heures d’ouverture et de fermeture des cellules, heures des repas, etc.);
  • Suivre la procédure du service des repas;
  • Assurer l’entretien de la cellule.

Les services offerts dans l’établissement de détention

Les établissements de détention doivent offrir des services qui requièrent des installations et des aménagements particuliers afin de maximiser la sécurité des personnes et des lieux ainsi que la qualité des services aux personnes incarcérées.

Exemples de services offerts s :

  • Visites des proches;
  • Appels téléphoniques;
  • Soins de santé;
  • Cantine;
  • Services d’aide par les agents de probation;
  • Activités socioculturelles;
  • Activités sportives et de loisirs;
  • Activités de pastorale.

Les activités liées à la réinsertion sociale
Exemples d’activités liées à la réinsertion sociale :

  • Ateliers de travail rémunéré ou non-rémunéré;
  • Formations scolaires;
  • Formations favorisant l’intégration au marché du travail;
  • Programmes et services spécialisés.

Intervenants correctionnels

Tout au long de son parcours, la personne contrevenante sera encadrée et accompagnée par trois types d’intervenants correctionnels.

Agent de probation

Ses principaux rôles :

  • Agir comme personne-ressource auprès des divers intervenants de l’établissement de détention et des personnes incarcérées;
  • Intervenir auprès des personnes incarcérées ayant des besoins particuliers ou en situation de crise;
  • Effectuer les évaluations et les plans d’intervention pour les personnes condamnées à une peine de six mois ou plus;
  • Siéger aux comités de classement, de discipline et de permissions de sortir.

Agent des services correctionnels

Ses principaux rôles :

  • Interagir quotidiennement avec les personnes incarcérées en tant qu’intervenant de première ligne en vue de les accompagner dans leur cheminement personnel;
  • Participer à la mise en œuvre des plans d’interventions correctionnelles (PIC);
  • Évaluer, observer et recueillir des renseignements sur la personne incarcérée en vue d’identifier ses besoins spécifiques afin de la soutenir dans sa démarche de réinsertion sociale;
  • Créer et maintenir un environnement sécuritaire permettant à toutes personnes incarcérées d’évoluer dans un milieu propice à la prise en charge de leurs responsabilités respectives;
  • Contribuer au processus de réinsertion sociale des personnes contrevenantes;
  • Faire respecter les règlements de l’établissement de détention par l’exercice de certaines activités de contrôle;
  • Intervenir lorsque la situation l’exige afin d’assurer la sécurité de toutes les personnes et des biens mis à leur disposition.

Conseiller en milieu carcéral

Ses principaux rôles :

  • Assurer la mise en place de programmes et services de soutien à la réinsertion sociale;
  • Encourager les personnes à y participer;
  • Agir à titre de personne-ressource auprès des personnes incarcérées particulièrement vulnérables;
  • Offrir du soutien aux agents des services correctionnels et aux gestionnaires des établissements;
  • Intervenir auprès de personnes en situation de crise.

Dernière mise à jour : 22 juin 2021

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec

Aidez-nous à améliorer Québec.ca