Gestion de l’eau, santé et conservation des sols

Une eau saine et un sol en santé sont indispensables à l’agriculture. Il est donc essentiel de les préserver et d’en améliorer la qualité. 

Optimisation de la gestion de l’eau

Dans un contexte de changements climatiques, le secteur agricole doit adopter des pratiques innovantes de gestion de l’eau. Ces pratiques ont pour but d’atténuer les conflits d’usage et de s’assurer que l’eau de surface et souterraine est utilisée d’une manière efficiente.

Le suivi de la qualité de l’eau en milieu agricole permet d’évaluer globalement les efforts du secteur agricole pour réduire son empreinte environnementale. L’utilisation responsable de l’eau et la protection de sa qualité passent par des actions concertées de tous les acteurs du milieu.

Les principales sources de pollution d’origine agricole sont :

  • les sédiments (particules de sol érodées des champs ou des rives et déposées au fond des cours d’eau);
  • les éléments nutritifs contenus dans les engrais minéraux et organiques (ex. : phosphore);
  • les pesticides.

La pollution d’origine agricole peut se trouver dans les cours d’eau de plusieurs façons. Les deux principales sont le transport par les eaux de ruissellement ou de drainage et le vent. Les distances d’épandage des intrants par rapport aux cours d’eau et aux fossés doivent également être respectées pour éviter la pollution directe de l’eau. Les intrants sont l'ensemble des produits qui ne sont pas naturellement présents dans le sol et qui y sont ajoutés afin d’améliorer le rendement de la culture.

Cibles d'ici 2030

Le Plan d’agriculture durable vise l'amélioration de l’indice de santé benthos des cours d’eau dégradés d’une classe ou de 15 unités (PDF 339 Ko).

Il vise aussi la réduction de 15 % la concentration en phosphore total des cours d’eau (PDF 267 Ko).

Amélioration de la santé et de la conservation des sols

Des sols en santé sont essentiels à une saine production agricole. Ils offrent un milieu riche de vie, constamment en évolution sur les plans biologique, physique et chimique. Il est donc nécessaire de mettre en place des pratiques efficaces afin d’améliorer leur santé et leur conservation.

Les trois piliers pour l’amélioration de la santé et de la conservation des sols sont les suivants :

  • nourrir et couvrir les sols;
  • diversifier les rotations de cultures;
  • réduire la charge à la roue de la machinerie agricole.

La première étape importante est l’évaluation de l’état des sols, qui consiste à poser un diagnostic à l’aide de profils de sol.

L’implantation de cultures de couverture a beaucoup d’effets positifs. Une culture de couverture est un ensemble de végétaux recouvrant le sol de façon permanente ou temporaire et utilisés pour divers objectifs autres que celui de la récolte.

L’utilisation de cultures de couverture (intercalaires ou dérobées après la culture principale) permet :

  • de limiter l’érosion des sols par le détachement, le transport et le dépôt des particules de sol sous l’action de l’eau, du vent ou des êtres humains;
  • de lutter contre les mauvaises herbes;
  • de recycler des nutriments qui se trouvent dans le sol;
  • d’augmenter la productivité à long terme.

Des techniques comme le semis direct sans labour et le travail réduit avec une conservation d’au moins 30 % de résidus de cultures à la surface du sol (après le semis) sont aussi bénéfiques pour la structure du sol. Le semis direct consiste à faire des cultures sans aucun travail du sol et en une seule opération.

Il est également préférable d’éviter de récolter les résidus de cultures au champ et de prévenir la compaction des sols.

Cibles d'ici 2030

Le Plan d’agriculture durable a pour objectifs que 75 % des superficies cultivées soient couvertes en hiver par des cultures ou des résidus de cultures (PDF 271 Ko).

Il a aussi pour objectif que 85 % des sols agricoles aient 4 % ou plus de matière organique (PDF 273 Ko).

Moyens de diminuer la pollution d’origine agricole

Plusieurs moyens sont mis en place par les producteurs agricoles pour diminuer la pollution d’origine agricole ainsi que protéger les sols et la biodiversité.

Gestion intégrée de l’eau par bassin versant

L’objectif principal d’un bassin versant est de réduire les rejets de phosphore et les autres sources de contamination dans l’environnement.

Un bassin versant est la source d’alimentation en eau d’un lac ou d’un cours d’eau. Il représente l’ensemble du territoire recueillant les eaux qui s’écoulent vers un cours d’eau. Cette zone est délimitée par la ligne suivant la crête des montagnes et des collines.

Lutte contre l'érosion des sols

Il s'agit d'une bonne méthode pour éviter le transport de sédiments et d’intrants agricoles vers les cours d’eau. Les sédiments sont des particules qui se sont déposées, le plus souvent au fond des cours d’eau, après y avoir été transportées, notamment par les eaux de ruissellement ou le vent.

Pour ce faire, il faut adapter les pratiques culturales dans les zones sensibles (ex. : rotations équilibrées des cultures, utilisation de techniques moins dommageables comme le semi-direct).

Certaines pratiques agricoles se sont révélées très efficaces pour une meilleure santé des sols. Elles permettent de réduire le ruissellement des eaux et l’érosion en champ.

Bandes de protection riveraine

Ces bandes de terrain situées en bordure d’un cours d’eau forment des zones tampons qui protègent l’habitat riverain. Elles freinent la migration de particules de sol, d’éléments fertilisants et de pesticides en provenance des champs. Elles éloignent la circulation des équipements et les activités d’épandage de la bordure des cours d’eau et des fossés.

Les bandes riveraines constituées de végétaux ligneux (arbres et arbustes) ou mixtes (arbres, arbustes et plantes herbacées) jouent un rôle important. Leurs racines stabilisent et maintiennent en place le sol des rives et des talus. Leurs tiges ralentissent la vitesse d’écoulement des eaux de ruissellement provenant des champs et réduisent le risque d’érosion de la rive. La présence de bandes riveraines contribue également à améliorer la qualité de l’eau et à réduire l’apport de pollution diffuse d’origine agricole. Elle peut ultimement maintenir la biodiversité animale et végétale par la création de nombreux habitats riverains.

Haies brise-vent

Les haies brise-vent protègent les champs et les cultures contre l’érosion provoquée par le vent. Elles sont utiles pour réduire la dérive des pesticides vers les zones sensibles comme les cultures voisines, les habitations et les pâturages. Elles contribuent aussi à diminuer la consommation d’énergie pour le chauffage ou la climatisation des bâtiments agricoles.

Ces aménagements, composés d’une à trois rangées d’arbres ou d’arbustes, améliorent les habitats fauniques.

Il s’agit d’un moyen efficace de favoriser l’adaptation des entreprises agricoles et de protéger les cultures contre les changements climatiques.

Aménagement d’ouvrages de conservation des sols agricoles

La structure de conservation des sols agricoles peut prendre plusieurs formes. Il peut s’agir, par exemple, d’une voie d’eau engazonnée, d’une risberme ou d’une petite digue de terre engazonnée associée à un déversoir enroché. Elle peut aussi se présenter sous la forme d’un bassin de stockage d’eau et de sédimentation. 

Le rôle principal de cette structure est de limiter l’érosion et le transport de particules de sol vers les cours d’eau. Elle capte les eaux de ruissellement, les concentre, les transporte et les déverse au bon endroit et au bon débit. Tout cela se réalise en favorisant la sédimentation de particules de sol à l’intérieur des champs.

Retrait des animaux des cours d'eau

Interdire au bétail le libre accès à un cours d’eau prévient le piétinement destructif des rives et la pollution directe de l’eau par les déjections des animaux. Pour ce faire, il faut mettre en place des clôtures aux endroits critiques et des aménagements spécifiques permettant de traverser le cours d’eau, comme des ponceaux ou des traverses à gué clôturées. L’aménagement d’aires d’abreuvement à une certaine distance du cours d’eau pour le bétail en pâturage est aussi requis.

L’accès des animaux aux cours d’eau est encadré par le Règlement sur les exploitations agricoles Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

Démonstrations de pratiques agroenvironnementales

Cette vidéo présente des producteurs agricoles d’ici en action. Elle met en valeur des pratiques agroenvironnementales visées par le Plan d’agriculture durable 2020-2030.

Soutien aux producteurs agricoles

Plusieurs mesures d’appui sont prévues pour aider à mettre en place des pratiques écoresponsables. Elles sont offertes sous forme de soutien financier, d’outils et de services d’accompagnement.

Visitez la page Soutien aux producteurs agricoles en agroenvironnement Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

À consulter aussi

Dernière mise à jour : 7 juin 2022

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec