Belette à longue queue

Nom français
Belette à longue queue

Nom anglais
Long-tailed weasel

Nom scientifique
Mustela frenata

Grand groupe
Mammifères

Sous-groupe
Mammifères terrestres

Description

La belette à longue queue est un petit carnivore dont la couleur du pelage change en hiver.

Identification

Taille

Longueur totale : de 30 à 45 cm; queue : de 10 à 16 cm.

Poids

De 85 à 270 g.

Coloration

Le pelage de la belette à longue queue change de couleur selon les saisons. En hiver, il est tout blanc, sauf le bout de sa queue qui est noir. En été, tout son corps est brun, excepté le ventre, le bout du museau et la face interne des pattes.

Traits caractéristiques

Son corps est fuselé et mince. Cette espèce possède de petites oreilles rondes, de courtes pattes et une longue queue.

Distinction

La belette à longue queue se distingue de la belette pygmée par sa queue dont le bout est noir. La belette à longue queue est plus grande que la belette pygmée et l’hermine.

Espèces similaires

Belette pygmée

Hermine

Empreintes

Patron de déplacement

La belette à longue queue a un patron de déplacement de type sauteur.

Le corps de l’animal a un mouvement d’accordéon. L’animal prend son élan, il bondit à partir de ses pattes arrière et allonge son corps en mouvement dans les airs, les pattes avant se posent au sol, le corps est plié, les pattes avant se soulèvent et les pattes arrière viennent se poser dans les empreintes laissées par les pattes avant.

L’animal semble n’avoir que deux pattes, car les empreintes se superposent.

La façon de distinguer les espèces consiste à mesurer la taille de l’empreinte et la largeur de la piste.

Les pattes avant et arrière ont cinq doigts.

Présence au Québec

Origine

Indigène

Statut de résidence des populations

Cette espèce vit au Québec toute l’année.

État de la situation

Dans le cadre du Plan de gestion des animaux à fourrure, un bilan de l’exploitation est produit périodiquement afin de s’assurer que les populations sont en santé. L’état des populations de la belette à longue queue est suivi grâce à des indicateurs issus du piégeage, notamment la vente de fourrures et les informations provenant des adeptes du piégeage.

Rang de précarité

Le rang de précarité provincial (rang S) pour cette espèce est S5.

Habitat

La belette à longue queue habite en terrain découvert, soit les champs, les clairières et les abords des cours d’eau. Elle a besoin d’une source d’eau constante et s’établit souvent près d’un point d’eau.

Alimentation

Elle se nourrit principalement de petits mammifères et de rongeurs, comme des souris, des musaraignes, des campagnols et des tamias rayés. Elle mange aussi des grenouilles, des oiseaux et des œufs. Elle peut s’introduire dans les poulaillers pour y manger les œufs et la volaille.

Lorsque la belette à longue queue trouve une source de nourriture abondante, il peut arriver qu’elle tue plus de proies que nécessaire pour son alimentation. Elle peut alors cacher le surplus pour une consommation ultérieure, de la même façon que le font les écureuils.

Reproduction

L’accouplement se déroule en juillet‑août. Les jeunes naissent au printemps suivant en avril‑mai. Une portée compte environ six petits.

En cas de présence importune

Toute capture d'un animal sauvage doit avoir comme but sa mise en valeur et la conservation des ressources. Vous devez vous informer sur la réglementation en vigueur comme celle sur la chasse sportive ou le piégeage avant d'en faire la capture.

Méthodes de prévention

À long terme ou lorsque les dommages sont relativement importants, l’exclusion représente habituellement la meilleure solution.

Il vous suffit de boucher toutes les ouvertures de plus de 2,5 cm au moyen d’un grillage métallique dont la maille est de 1,3 cm ou moins, ou au moyen de tout autre matériau (feuilles de métal, bois, etc.).

Méthodes de contrôle

Tous les contrôles doivent être effectués tôt au printemps et être répétés à quelques reprises durant l’été. Il est préférable de fermer les terriers des animaux éliminés pour éviter la relocalisation par immigration.

Capture et relocalisation

Il est fortement déconseillé de relocaliser les petits mammifères loin de leur lieu de capture. Chaque déplacement comporte le risque d’introduire de nouvelles maladies ou de nouveaux parasites dans la région.

Si les méthodes d’exclusion n’ont pas été exécutées avant la capture de l’animal, ce n’est qu’une question de temps pour qu’un autre animal vienne prendre sa place. Si tout a été essayé sans succès, la capture peut être envisagée. Cette méthode nécessite une bonne expérience et beaucoup de temps et d’effort, car ce sont des animaux rusés et méfiants. Enfin, il faut bien choisir le lieu de relocalisation afin d’éviter que le problème ne se répète ailleurs. Vous pouvez l’appâter avec du lièvre, de l’écureuil et du castor (capturés en saison). Vous pouvez aussi utiliser le musc de belette comme leurre.

Piégeage

Le piégeage est une méthode efficace pour récolter la belette à longue queue. C'est un animal curieux et assez facile à attraper au moyen de pièges dissimulés. Vous devez toutefois respecter la réglementation en vigueur avant de la piéger. Informez-vous aussi sur les engins autorisés et certifiés pour piéger la belette à longue queue.

BANFIELD, A. W. F. (1977). Les mammifères du Canada. 2e édition. Les Presses de l’Université Laval et University of Toronto Press. Sainte-Foy. 406 p.

Ministère de l’Environnement et de la Faune, 1998. 4e édition. Piégeage et gestion des animaux à fourrure : cours menant au certificat du piégeur dans le cadre du Programme d’éducation en sécurité et en conservation de la faune.

PRESCOTT, J. et P. RICHARD (1996). Mammifères du Québec et de l’est du Canada, Éditions Michel Quintin. Waterloo. 399 p.

Dernière mise à jour : 12 avril 2024

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?
Avis général

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec