1. Accueil  
  2. Agriculture, environnement et ressources naturelles  
  3. Faune  
  4. Cohabiter avec les animaux sauvages  
  5. Nourrir les animaux sauvages : un geste à éviter

Nourrir les animaux sauvages : un geste à éviter

Que ce soit des miettes de pain à des canards ou à des oiseaux, des arachides à des écureuils ou encore des pommes à un raton laveur, donner de la nourriture à un animal sauvage peut sembler anodin, mais il n’en est rien. Ce geste peut avoir des effets autant pour la faune que pour les humains.

Risques pour les animaux sauvages

Les animaux sauvages ont évolué pour trouver leur nourriture dans leur milieu naturel. Il n’est pas nécessaire de les nourrir pour assurer le maintien des populations.

Dans certains cas, fournir une nourriture artificielle peut même être dommageable. Le système digestif de certains animaux, comme les cerfs de Virginie, s’adapte en fonction de la disponibilité de la nourriture dans leur habitat et selon les saisons. Leur fournir une alimentation artificielle peut alors causer des maladies, voire la mort.

Nourrir les animaux sauvages peut aussi créer des attroupements qui n’auraient pas lieu autrement. Le risque de transmission de maladies ou de parasites peut alors être augmenté.

Risques de conflits

En nourrissant des animaux, vous risquez d’attirer autant des espèces désirées que non désirées et ainsi de causer des désagréments et des dommages sur votre propriété.

Ces animaux peuvent aussi associer les humains à la nourriture et devenir importuns. Leur peur naturelle des humains peut alors diminuer et ils peuvent même avoir des comportements agressifs. Certaines espèces, comme les coyotes, peuvent même s’attaquer aux animaux domestiques.

Bonnes pratiques à adopter

Évitez de nourrir les animaux sauvages de façon involontaire. Rendez inaccessible la nourriture à l’extérieur (compost, ordure ménagère, nourriture pour animaux domestiques, nourriture pour les oiseaux qui tombe au sol, etc.). Sortez vos poubelles le matin même du jour du ramassage.

Évitez de toucher aux animaux. Certaines espèces peuvent être porteuses de maladies transmissibles à l’humain, comme la rage.

Respectez ces consignes Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. si vous souhaitez nourrir les oiseaux sauvages.

Vérifiez les règlements municipaux. Certaines municipalités interdisent le nourrissage des animaux sauvages présents dans les parcs urbains ou sur leur territoire. Les nourrir pourrait vous valoir une amende.

Respectez les périodes d’appâtage pour le cerf de Virginie et l’ours noir lors de votre activité de chasse.

Interdiction de nourrir artificiellement les cerfs de Virginie

Le nourrissage des cerfs de Virginie est interdit en dehors des périodes de chasse, soit du 1er décembre au 31 août, à l’exception de l’île d’Anticosti.

Cette interdiction vient du fait que nourrir artificiellement les cerfs peut leur causer des problèmes de santé comme :

  • un déséquilibre énergétique, soit lorsque les cerfs dépensent plus d’énergie à digérer leur nourriture que ce qu’ils en retirent;
  • des diarrhées;
  • des ballonnements et des ruménites, soit une inflammation de la panse (rumen) qui peut provoquer une mort rapide.

Une alimentation riche en énergie mais pauvre en fibres favorise cette dernière condition. C’est pourquoi des cerfs en santé sont parfois trouvés morts en hiver, l’estomac plein d’aliments inadéquats.

L’alimentation du cerf de Virginie varie selon les saisons. Son habitat change également selon la période de l’année. En hiver, les cerfs se rassemblent dans des ravages, ce qui leur permet de se mettre à l’abri et de se nourrir. Apprenez-en plus sur l’alimentation et l’habitat du cerf ainsi que les conséquences du nourrissage artificiel.

Dernière mise à jour : 8 janvier 2024

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?
Avis général

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec