Carpe commune

Illustration d’une carpe commune.
Illustration d’une carpe commune. Source : © Illustration de Louis L’Hérault

Nom français
Carpe commune

Autre(s) nom(s) français
Carpe, carpe allemande, carpe européenne, koï, carpe koï, nishikigoï

Nom anglais
Common carp

Autre(s) nom(s) anglais
Carp, German Carp, European Carp, Mirror Carp, Koi, Nishikigoi

Nom scientifique
Cyprinus carpio

Grand groupe
Poissons

Sous-groupe
Poissons d’eau douce

Description

La carpe commune est un poisson exotique considéré comme naturalisé. Elle est aujourd’hui très répandue en Amérique du Nord et est pêchée commercialement dans le fleuve SaintLaurent.

Identification

Taille

La taille de la carpe commune varie de 17 à 75 cm. Elle peut atteindre 1,2 m.

Poids

La carpe commune peut peser jusqu’à 37 kg.

Coloration

La couleur de la carpe commune est olivâtre, dorée ou brunâtre. Son dos est plus foncé, alors que les flancs et les parties inférieures sont plus pâles et présentent souvent des reflets jaunâtres. Ses nageoires sont, quant à elles, brunâtres ou grisâtres.

Traits caractéristiques

Le corps de la carpe commune est haut et comprimé sur les côtés. Il est généralement couvert de grandes écailles robustes, mais il peut également en être dépourvu ou partiellement couvert.

Son museau est plutôt pointu. Sa bouche est étirée vers l’avant (protractile) et possède des barbillons sur la mâchoire supérieure. Une paire de ses barbillons est bien développée et évidente, contrairement aux chevaliers.

La base de sa nageoire dorsale s’étend sur les 2/3 de son dos. Sa nageoire caudale est faiblement fourchue.

Distinction

La carpe commune possède des barbillons aux coins de sa bouche et une longue nageoire dorsale s’étendant sur les 2/3 du dos. Quant au chevalier cuivré, il ne possède pas de barbillons et sa nageoire dorsale est courte.

Le poisson rouge et la couette se distinguent de la carpe commune par l’absence de barbillons aux coins de leur bouche. De plus, les premiers rayons de la nageoire dorsale de la couette sont fortement allongés et dessinent une pointe en forme de faucille. Bien que les premiers rayons de la nageoire dorsale de la carpe commune soient un peu plus longs que les rayons postérieurs, sa nageoire dorsale est beaucoup moins pointue et allongée que celle de la couette.

Apprenez à distinguer les carpes envahissantes des autres espèces présentes au Québec (PDF 1.71 Mo).

Espèces similaires

Chevalier cuivré

Poisson rouge

Couette

Répartition

Au Québec, l’espèce est commune dans le bassin du fleuve SaintLaurent, des rivières Richelieu et des Outaouais. Elle a cependant été signalée jusqu’aux environs de RivièreOuelle dans l’estuaire moyen du SaintLaurent.

Présence au Québec

Originaire d’Eurasie, la carpe commune a été introduite, volontairement ou par négligence, aux ÉtatsUnis et en Ontario avant les années 1900. Elle est aujourd’hui considérée comme naturalisée en Amérique du Nord.

Origine

Exotique

Statut de résidence des populations

Cette espèce vit au Québec toute l’année.

État de la situation

Des populations naturalisées existent au Québec depuis plus de 100 ans. Ailleurs dans le monde, ce poisson est considéré comme une espèce envahissante hautement nuisible, notamment en Australie.

Signalement

Comme la carpe commune est une espèce exotique établie dans le fleuve SaintLaurent et ses tributaires, seul le signalement de sa présence dans les lacs est d’intérêt pour le gouvernement. Consultez la procédure pour savoir comment nous signaler la présence d’une espèce exotique envahissante animale.

Habitat

La carpe commune s’adapte facilement à différents habitats. Elle préfère cependant les endroits avec végétation aquatique et fond boueux qui conviennent aux plantes aquatiques d’eau douce (macrophytes).

Elle fréquente les canaux, les rivières et les fleuves, là où le courant est lent, ainsi que les lacs et les étangs. Elle peut également fréquenter les eaux saumâtres des estuaires.

Alimentation

La carpe commune est omnivore. Elle se nourrit d’insectes aquatiques, de larves aquatiques d’insectes, de mollusques, de vers, de crustacés, de poissons, de plantes immergées, de graines et d’algues. Pour s’alimenter, elle fouille le fond à l’aide de ses barbillons.

Reproduction

La carpe commune fraie au printemps dans des endroits peu profonds qui présentent des herbes aquatiques.

Les carpes communes se rassemblent en petits groupes et exécutent souvent une parade nuptiale à la surface de l’eau.

Les œufs de la carpe commune sont adhérents (plus de 2 millions chez les grandes femelles) et se collent aux substrats et aux plantes. En période de fraie, les adultes présentent de fins tubercules nuptiaux.

La maturité sexuelle est atteinte dès la troisième année chez les mâles et un peu plus tardivement chez les femelles.

Maladies

Comme les autres espèces de poissons, la carpe commune peut être atteinte par certaines maladies.

Prévention et contrôle de son introduction

La prévention est cruciale. Une fois l’espèce établie dans un plan d’eau, son éradication est presque impossible. Son contrôle demande alors des actions récurrentes et coûteuses.

Apprenez-en plus sur les facteurs d’introduction et les conséquences que les espèces envahissantes peuvent avoir.

La carpe commune peut devenir envahissante dans un plan d’eau où elle n’est pas présente naturellement. Certaines méthodes de prévention doivent être appliquées pour éviter son introduction en dehors de son aire de répartition naturelle.

Ne transportez pas de poissons d’un plan d’eau à un autre. Le transport et l’ensemencement de poissons vivants nécessitent un permis délivré par le gouvernement.

Si vous capturez ou observez une carpe commune dans un plan d’eau où elle n’était pas déjà présente, veuillez le signaler au service à la clientèle.

Recommandations concernant la consommation

La consommation de poissons sauvages peut représenter un risque pour la santé humaine. Certaines précautions doivent être prises afin de les consommer de manière sécuritaire.

En complément

La carpe koï est une forme domestiquée de la carpe commune ou de la carpe Cyprinus rubrofuscus, fort probablement en provenance d’Asie. Elle est gardée en captivité, par exemple dans des étangs, et est très populaire dans le monde. Peu d’information est disponible quant à sa présence possible en milieu naturel au Québec.

Pour en savoir plus

FISHBASE (2023). A Global Information System on Fishes, [En ligne], [http://www.fishbase.org Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.] (consulté le 18 septembre 2023).

PÊCHES ET OCÉANS CANADA (2023). Poisson rouge, carpe de roseau et crapet vert, [En ligne], [https://www.dfo-mpo.gc.ca/species-especes/publications/ais-eae/identification-qc/page07-fra.html Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.] (consulté le 26 septembre 2023).

Dernière mise à jour : 29 février 2024

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?
Avis général

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec