À propos des épreuves ministérielles au primaire et au secondaire

Des épreuves ministérielles sont imposées dans certaines matières à différents moments du parcours scolaire des élèves. Ces épreuves sont des outils de mesure importants pour évaluer leur maîtrise de compétences.

Types d’épreuves ministérielles

Le ministère de l’Éducation a la responsabilité de deux types d’épreuves ministérielles : celles du primaire et du 1er cycle du secondaire et celles de 4e et 5e secondaire. Les organismes scolaires, les établissements et les enseignants peuvent également administrer d’autres types d’épreuves et utiliser d’autres formes d’évaluation des apprentissages avec les élèves. 

Épreuves du primaire et du 1er cycle du secondaire

Les épreuves ministérielles du primaire et du 1er cycle du secondaire visent à vérifier l’atteinte des exigences de certains programmes. Pour l’année scolaire 20232024, elles compteront pour 10 % du résultat final des élèves des 2e et 3e cycles du primaire et du 1er cycle du secondaire. (Sous réserve des approbations ministérielles requises)

Épreuves de 4e et 5e secondaire

Pour l’année scolaire 20232024, les épreuves ministérielles de 4e et 5e secondaire compteront pour 20 % de la note finale dans les matières dont la réussite est exigée pour l’obtention du diplôme d’études secondaires. (Sous réserve des approbations ministérielles requises) 

Un guide d’accompagnement sur les apprentissages à prioriser (PDF 912 Ko) pour les épreuves ministérielles de 4e et 5e secondaire des sessions de mai-juin et d’août 2024 est disponible.

Autres épreuves

D’autres épreuves peuvent également être administrées par les organismes scolaires, les établissements ou leurs enseignants dans certaines matières et à certains moments où le Ministère ne fait pas d’évaluation. Dans ces cas, les directions d’école ont la responsabilité d’approuver, sur proposition des enseignants, les normes et les modalités d’évaluation locale et de bien renseigner les élèves et leurs parents à ce sujet.

Sécurisation des épreuves

Les épreuves ministérielles sont la propriété du gouvernement du Québec avant, pendant et après leur administration. Leur processus de sécurisation est une responsabilité partagée entre le Ministère, les organismes scolaires (centres de services scolaires, commissions scolaires et écoles privées et publiques) et le personnel des écoles.

Mesures de sécurité mises en place

Plusieurs mesures sont mises en place avant, pendant et après l’administration des épreuves en fonction des responsabilités des différents intervenants. Chacune de ces actions vise à préserver l’intégrité des épreuves, la justice et l’équité dans le traitement des résultats des élèves. 

Avant l’épreuve

Avant d’administrer l’épreuve aux élèves, les intervenants doivent : 

  • veiller au respect des mesures particulières liées au transport, à l’entreposage, à la remise et à la reproduction des épreuves; 
  • rappeler aux élèves et au personnel qu’il est interdit de divulguer de l’information relative aux épreuves par quelque moyen que ce soit, y compris par l’entremise des réseaux sociaux; 
  • informer les élèves des consignes pour la passation des épreuves : horaire, déroulement, matériel autorisé, etc.

Pendant l’épreuve

Lors de l’administration de l’épreuve, les intervenants doivent rappeler aux élèves : 

  • qu’il leur est formellement interdit d’avoir en leur possession tout appareil numérique (téléphone intelligent, baladeur numérique, montre intelligente, etc.) qui permet la communication, la navigation sur Internet, la traduction de textes, ou la création, l’enregistrement ou la consultation de données; 
  • qu’il leur est formellement interdit d’avoir en leur possession du matériel non autorisé en fonction de l’épreuve.

L’élève qui contrevient à ces règles sera déclaré coupable de tricherie, et son résultat à l’épreuve sera de 0 %. 

Après l’épreuve

Les intervenants doivent remettre aux enseignants les guides et les clés de correction des épreuves uniques seulement lorsque l’administration de l’épreuve est terminée. 

Mesures de sécurité supplémentaires

D’autres mesures de sécurité sont également mises en place : 

  • sensibiliser le personnel des organismes scolaires à la vigilance;  
  • rappeler les responsabilités des différents intervenants; 
  • élaborer des consignes à l’intention des élèves quant à la divulgation d’information confidentielle sur les médias sociaux; 
  • mettre en place un processus de divulgation de bris de confidentialité. 

Divulgation d'un bris de confidentialité

Si vous êtes témoin d’un bris de confidentialité, communiquez rapidement avec nous par courriel.

Administration des épreuves

L’administration des épreuves ministérielles est confiée aux organismes scolaires. Ces derniers doivent prévoir les locaux et l’équipement qui seront utilisés ainsi que le personnel nécessaire à la surveillance des élèves. Le Ministère fournit, pour sa part, les documents des épreuves ministérielles. 
 
L’horaire officiel des sessions des épreuves ministérielles que les organismes scolaires doivent respecter intégralement est publié chaque année par le ministère de l’Éducation. Les épreuves ministérielles sont prévues en janvier, en juin et en août. 

Pour être admis à une épreuve ministérielle de 4e et 5e secondaire, l’élève doit être légalement inscrit dans une école et y avoir suivi le programme correspondant ou avoir reçu à la maison un enseignement équivalent s’il est dispensé de fréquenter l’école. De plus, lorsqu’un élève a suivi un cours, l’organisme scolaire ne peut lui refuser l’admission à l’épreuve relative à ce cours en raison d’absences fréquentes ou sous prétexte que ses notes sont trop faibles.

Correction des épreuves

Selon l’épreuve, la correction est partagée entre le ministère de l’Éducation et les organismes scolaires. 
 
La correction de l’épreuve de français, écriture, langue d’enseignement, de la 5e secondaire est centralisée au Ministère. 
 
Pour les épreuves de mathématique de la 4e secondaire, de sciences de la 4e secondaire et de français, langue seconde, de la 5e secondaire la correction est partagée entre le Ministère et les organismes scolaires. La partie comportant des questions à choix multiple est corrigée au Ministère au moyen de la lecture optique et la partie composée de questions à développement est corrigée par l’enseignant sur la base d’un guide de correction produit par le Ministère. 
 
Les autres épreuves, par exemple celles d’histoire du Québec et du Canada de la 4e secondaire et d’anglais, langue seconde, de la 5e secondaire, sont corrigées, en totalité, par l’enseignant sur la base d’un guide de correction produit par le Ministère.

Dernière mise à jour : 16 mai 2024

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?
Avis général

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec