Est-ce que les coupes forestières dans les forêts publiques au Québec entraînent de la déforestation? Non, il n’y en a pas!

Pousse d’un conifère dans la forêt

Pour mieux répondre à cette question, il est important de bien comprendre ce qu’est la déforestation. Elle se définit comme une modification permanente de la vocation forestière d’un territoire. Par exemple, une forêt qui est coupée pour en faire une terre agricole, ou encore pour y contruire des maisons, serait considérée comme de la déforestation. Mais ça n’arrive pas en territoire public au Québec, à l’exception de certaines superficies forestières converties en chemins forestiers permanents. Toutes les forêts qui sont coupées repoussent, que ce soit de façon naturelle ou avec un peu d’aide, notamment par du reboisement et de l’aménagement forestier.

Par ailleurs, les techniques de coupes forestières ont grandement évolué et ont été améliorées pour protéger l’environnement et la biodiversité. Ces techniques s’inspirent fortement des perturbations naturelles comme les feux de forêts, les grands vents, les épidémies d’insectes ravageurs et les maladies des arbres.

Toutes les coupes sont planifiées par des ingénieurs forestiers du gouvernement du Québec de façon à s’assurer que la forêt repousse et, donc, se régénère. Pour ce faire, plusieurs méthodes sont utilisées. Une grande partie de la régénération est établie avant la coupe et elle est protégée lors de la récolte. Lorsque la régénération est insuffisante, on utilise le reboisement ou on favorise les moyens naturels de régénération, comme l’ensemencement à partir des graines des arbres à proximité ou les jeunes pousses sur les racines ou les souches des arbres. Les coupes partielles sont également utilisées pour favoriser l’installation d’une régénération naturelle.

Pour en savoir plus

Dernière mise à jour : 14 octobre 2021