Une vache laitière
© Éric Labonté, MAPAQ.

Les éleveurs ont la santé et le bien-être de leurs animaux à cœur. Par respect pour eux, mais aussi parce qu’ils savent que leur confort est synonyme d’un troupeau sain.

Découvrez quelques aspects des soins que les agriculteurs prodiguent à leurs animaux.

Régime alimentaire

Les animaux d’élevage bénéficient d’une alimentation adaptée à leurs besoins. Certains d’entre eux ont un régime équilibré avec une grande précision. Pour d’autres, c’est une version plus simple qui les garde en santé et heureux.

Les vaches laitières, par exemple, profitent de programmes alimentaires élaborés par des conseillers experts. Pour rester en santé et produire du lait de qualité, elles ont besoin d’une ration particulièrement équilibrée en protéines, glucides, vitamines et minéraux. Elles sont nourries différemment selon les étapes de leur vie. Leur ration est différente entre le début et la fin de leur lactation, mais aussi lorsqu’elles attendent des petits et lors de la naissance. Ainsi, les vaches n’ont rien à envier aux plus grands athlètes : tout comme eux, elles ont une alimentation qui répond parfaitement à leurs besoins!

Chez les bovins de boucherie, les besoins alimentaires, différents de ceux des vaches laitières, sont comblés autrement. Les troupeaux sont généralement mis au pâturage d’avril à novembre, selon les régions et la température. Les veaux boivent au pis de leur mère durant de longs mois et tous mangent de l’herbe à volonté! Quand vient le temps froid, ces animaux sont logés dans des enclos d’hivernage qui les abritent des intempéries. On leur fournit alors fourrage et grains.

Entretien et hygiène

Les bêtes reçoivent les traitements nécessaires pour leur santé, leur bien-être et leur confort. Par exemple, on examine et on taille les sabots des vaches, appelés « onglons », pour que leurs pieds soient en santé.

Les brebis, de leur côté, sont tondues plus d’une fois par année, ce qui leur assure un meilleur confort. La perte de leur toison épaisse augmente aussi leur métabolisme, ce qui favorise leur consommation de nourriture. De plus, les agneaux nouveau-nés trouvent le pis de leur mère plus facilement si elle est bien tondue.

La majorité des élevages bénéficient régulièrement de la visite d’un médecin vétérinaire. Il pratique la médecine préventive et s’assure que l’état général des animaux est bon.

Animaux bien servis par la technologie

Les éleveurs peuvent utiliser différents outils à la fine pointe de la technologie. Ils peuvent recueillir ainsi, en continu, une foule de renseignements sur la santé de chaque animal. Cela leur permet d’intervenir rapidement en cas de problème. C’est particulièrement le cas en production laitière.

De plus en plus de fermes laitières laissent les vaches en stabulation libre. Cela veut dire qu’elles peuvent déambuler et socialiser avec leurs congénères. Quand une ferme est équipée d’un robot de traite, une vache qui ressent le besoin de se faire traire se présente par elle-même au robot. Ce n’est pas son sens du devoir qui la fait agir ainsi, mais plutôt le besoin de soulager la pression dans son pis et… sa gourmandise! Au robot de traite, elle reçoit des aliments appétissants. Cela rend son expérience positive et agréable.

Codes de bonnes pratiques pour des animaux en santé

Les agriculteurs se basent sur des codes de bonnes pratiques pour assurer des soins adéquats et adaptés à leurs animaux. Ils sont émis par le Conseil national pour les soins aux animaux d’élevage, chef de file en matière de bien-être animal et de protection des animaux d’élevage au Canada.

Ces codes de pratiques présentent les exigences que les éleveurs sont tenus de respecter. Ils contiennent aussi des recommandations sur les meilleures pratiques d’élevage, notamment en ce qui concerne le logement, l’alimentation, la santé, le bien-être et le transport des bêtes.

Une chose est certaine : les éleveurs ont la santé et le bien-être de leurs animaux tatoués sur le cœur!

Les agronomes du Comité des pratiques responsables en productions animales

Apprenez-en plus sur d’autres pratiques responsables utilisées par les éleveurs québécois en consultant la page Pratiques responsables en productions animales et en lisant les nouvelles liées proposées plus bas.

Dernière mise à jour : 20 janvier 2022