Construire une économie verte

Les activités économiques ont un effet sur l’environnement et peuvent contribuer à émettre des gaz à effet de serre. En effet, toutes les activités de production et de distribution de produits et de services ont une empreinte carbone, c’est-à-dire qu’elles ont des impacts sur le climat de notre planète. Elles sont également vulnérables aux impacts des changements climatiques.

Pour réussir la transition climatique, plusieurs nouvelles filières économiques doivent prendre une plus grande place dans l’économie.

Pour ces raisons, l’économie doit être transformée pour devenir plus verte, plus durable, plus sobre en carbone et plus résiliente. Une économie basée sur l’innovation et le développement des technologies propres est une solution à privilégier. L’économie doit aussi devenir circulaire autant que possible afin de limiter l’exploitation de nouvelles ressources.

Pour réussir cette transition, plusieurs entreprises doivent changer leurs façons de produire des biens et services. Des programmes, tels que Bioénergies Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. et Écoperformance Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre., peuvent les soutenir dans l’acquisition de technologies propres. Pour développer des technologies d’avenir, les entreprises peuvent compter sur le soutien du programme Technoclimat Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre..

Le Programme de soutien à la production de gaz naturel renouvelable (PSPGNR) Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. offre également de l’aide financière afin de favoriser la réalisation de projets de production de gaz naturel renouvelable (GNR) et son injection dans le réseau de distribution de gaz naturel.

Le Québec soutient aussi le développement de nouvelles filières économiques, comme celles liées à l’électrification des transports et aux batteries Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre., de même que celles de l’hydrogène vert et des bioénergies, de l’efficacité énergétique, de la valorisation des rejets thermiques ou des technologies propres, afin de réduire la dépendance aux énergies fossiles et la consommation de ce type d’énergies.

Enfin, pour que la transition climatique se réalise, il est essentiel d’accompagner et de former la main-d’œuvre afin qu’elle puisse répondre aux nouveaux besoins du marché.

Exemples de projets inspirants soutenant l’économie verte

Plusieurs projets d’entreprises innovantes, financés par le gouvernement pour lutter contre les changements climatiques, sont en cours au Québec. Ils favorisent l’essor d’une économie propre ou circulaire. En voici quelques-uns :

Fabriquer des alliages métalliques plus verts

L’entreprise Elkem Métal Canada est spécialisée dans la fabrication de ferro-alliages destinés aux marchés des fonderies et des aciéries. Elle travaille à la fabrication de briquettes de biocharbon dans le but de remplacer le charbon minéral actuellement utilisé dans les fours de réduction à arc électrique. À terme, l’entreprise vise à produire plus de 35 000 tonnes de briquettes de biocharbon par année pour le Québec, ce qui permettra une réduction d’environ 100 000 tonnes de GES par année.

Fabriquer du carburant avec des résidus forestiers

Bioénergie La Tuque vise à démontrer le potentiel de production de carburants renouvelables à partir de biomasse forestière résiduelle, c’est-à-dire des produits en surplus résultant des activités de récolte ou de transformation du bois. Les résidus de matière récupérés serviront à produire un biocarburant qui pourra remplacer les carburants d’origine fossile. Le projet prévoit notamment d’explorer le potentiel d’utilisation du biocarburant dans la machinerie forestière. Bioénergie La Tuque travaille avec la nation attikamek et avec la société finlandaise Neste, un chef de file mondial dans le domaine des biocarburants.

Récupérer et réparer des matières résiduelles pour leur donner une deuxième vie

Le projet Réemploi + Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. de la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean vise à réduire les émissions de GES régionales en détournant de l’enfouissement jusqu’à 5 000 tonnes de matières résiduelles afin de les récupérer et de les revaloriser. En plus de prolonger la durée de vie utile des matières récupérées, le projet offre des emplois aux gens de la région, qui reçoivent une formation spécialisée pour revaloriser les objets récupérés. Le projet permet aussi l’ouverture de trois quincailleries du réemploi pour vendre les objets revalorisés, favorisant ainsi l’essor d’une économie circulaire, locale et écoresponsable.

Recycler les batteries des voitures et des cellulaires

L’entreprise Recyclage Lithion a mis au point un procédé rendant possible le recyclage des batteries lithium-ion, la batterie la plus utilisée dans le marché des voitures électriques et des appareils électroniques portables. Ce procédé permet de récupérer jusqu’à 95 % des constituants des batteries.

Dernière mise à jour : 28 avril 2022

Évaluation de page

L’information sur cette page vous a-t-elle été utile?

Des questions ou besoin de renseignements?

Communiquez avec Services Québec