Logo du gouvernement du Québec. Logo du gouvernement du Québec.

La nation mohawk compte plus de 16 200 membres. Environ 2 700 Mohawks vivent hors réserve, alors que 13 500 se répartissent entre trois communautés : Kahnawake (7 923), Akwesasne (5 600, dans la partie québécoise de la réserve) et Kanesatake (1 388). La langue d’usage des Mohawks est l’anglais; certains parlent leur langue maternelle, et quelques-uns s’expriment en français.

Établis à proximité de Montréal, les Mohawks de Kahnawake ont pris en charge, il y a plusieurs années, la plupart des secteurs de leur activité communautaire. Ayant conclu, en 1984, une entente avec le Québec, ils ont maintenant la pleine responsabilité de la construction et du fonctionnement d’un hôpital : le Centre Kateri. La communauté possède aussi son propre corps policier. Les écoles de la communauté, dont la Kahnawake Survival School, offrent un enseignement qui intègre divers aspects de la culture mohawk. La réserve d’Akwesasne recoupe les territoires de l’État de New York, du Québec et de l’Ontario. Les gouvernements du Québec, de l’Ontario et du Canada contribuent à doter la communauté mohawk canadienne d’infrastructures de base en matière de santé, de services sociaux, de loisirs, d’éducation, de formation et d’administration de la justice. La communauté de Kanesatake est aux prises avec une question territoriale particulière. Non seulement les terres acquises par le gouvernement fédéral au bénéfice des Mohawks ne constituent pas officiellement une réserve, mais elles s’imbriquent dans les propriétés de la population d’Oka. La question territoriale demeure toujours un enjeu dans la région, et elle a été l’une des causes de la crise d’Oka en 1990.

Dernière mise à jour : 31 mars 2021